Les procureurs jeunesse évincés du palais

Les procureurs du tribunal de la jeunesse déménageront... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Les procureurs du tribunal de la jeunesse déménageront au printemps dans un édifice voisin au palais de justice de Québec.

Photothèque Le Soleil

Partager

(Québec) Les procureurs du tribunal de la jeunesse déménageront au printemps dans un édifice voisin au palais de justice de Québec, de l'autre côté de la rue Saint-Roch, faute de locaux pour les accueillir. Une situation incommodante mais temporaire, plaide-t-on.

Le déménagement est prévu pour le 31 mars. L'équipe actuelle composée de trois procureurs, du procureur-chef adjoint à la jeunesse et d'un employé de soutien quittera le 300, boulevard Jean-Lesage pour aménager au 400, boulevard Jean-Lesage.

«Le palais a été construit il y a 27 ans. Il y avait moins de procureurs que maintenant. Il y a un manque de locaux. Il faut en aménager d'autres», admet Me René Verret, responsable des communications au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Les procureurs disposeront dès l'an prochain de locaux d'une superficie de 3200 pieds carrés dans la tour est de l'édifice Les Façades de la Gare. «Il y aura six bureaux de procureurs et trois espaces de travail à aire ouverte. Aussi, un accueil, une réception et une salle d'entrevue, tous sécurisés, et, enfin, une salle de conférence», énumère M. Verret.

Réorganisation des services

Ce déménagement s'inscrit dans une réorganisation des services amorcée par le DPCP. En début d'année, il annonçait la création d'une équipe de procureurs spécialisés pour uniformiser le traitement des dossiers jeunesse partout en province. Avec cette réorganisation vient l'embauche de personnel.

«En quelque sorte, c'est un heureux problème, signale M. Verret. Ça veut dire qu'il va y avoir plus de ressources», lance-t-il, précisant que ce déménagement était temporaire, sans toutefois pouvoir indiquer ni la durée ni le coût du déménagement.

Le procureur-chef adjoint au Tribunal de la jeunesse, José Rhéaume, reconnaît que la situation amènera sont lot d'irritants. «C'est sûr qu'il va falloir partir avec les dossiers de nos bureaux et se rendre au palais de justice dans des bureaux temporaires avant de se présenter en salle de cour. Ce n'est pas l'idéal, mais on n'a pas le choix.»

Le bureau de Québec s'occupe aussi des dossiers jeunesse pour la Beauce et Montmagny. Éventuellement, il prendra sous son aile ceux de Thetford Mines et de La Malbaie.

Le cas des procureurs de Québec n'est pas unique. Depuis le printemps, des procureurs de la Couronne du Lac-Saint-Jean sont installés dans de nouveaux bureaux situés à 2,5 kilomètres du palais de justice de Roberval. Le palais de justice de Rimouski, construit en 1953, fait l'objet de rénovations majeures parce que beaucoup trop petit et non fonctionnel.

Situation «extrêmement problématique»

Le président de l'Association des procureurs du Québec, Me Christian Leblanc, est bien au fait des problèmes d'exiguïté dans les palais de justice. «C'est extrêmement problématique de ne pas avoir tous ses outils de travail au même endroit. Ce n'est pas la façon d'être le plus efficace. Je pense que les procureurs de la couronne doivent avoir priorité dans les palais de justice. Ce n'est pas aux procureurs de sortir quand il y a des services non associés à la justice à l'intérieur des palais de justice.»

Par exemple, le palais de justice de Québec accueille depuis 2010 la Direction des immobilisations de la Société des traversiers du Québec (STQ). «À l'époque, nous avons offert les locaux disponibles aux locataires déjà présents au palais, mais personne n'avait de besoin en ce sens», précise Martin Roy, porte-parole à la Société immobilière du Québec. «Nous, on gère des espaces. Au même moment, la Société des traversiers avait besoin de locaux, nous lui avons loué.»

Me Leblanc s'attend à ce que la situation change dans un avenir rapproché. Une réflexion partagée par Me Verret. «Il y a des gens dans le palais qui n'ont peut-être pas d'affaire là. Est-ce que la STQ a vraiment besoin d'être là?» se questionne-t-il.

Des démarches sont déjà en cours entre le DPCP et la Société immobilière du Québec pour rapatrier les procureurs de la jeunesse à l'intérieur du palais. Cependant, personne ne peut s'avancer sur les moyens entrepris pour leur permettre de réintégrer le palais de justice. M. Roy souligne qu'aucun projet d'agrandissement n'est en cours.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer