Vol de sirop d'érable: trois suspects arrêtés

Le 12 octobre, la SQ effectuait une saisie... (Photothèque Le Soleil, Andréanne Lemire)

Agrandir

Le 12 octobre, la SQ effectuait une saisie de sirop d'érable dans cet entrepôt de la rue du Pont, dans le secteur Saint-Nicolas à Lévis. Les lieux étaient loués par Richard Vallières, qui fait partie des personnes arrêtées.

Photothèque Le Soleil, Andréanne Lemire

Partager

Le Soleil, Le Nouvelliste
Le Soleil

(Québec) La Sûreté du Québec a arrêté mardi matin trois individus en lien avec l'important vol de sirop d'érable survenu à Saint-Louis-de-Blandford.

Il s'agit du présumé cerveau derrière ce mégavol, Richard Vallières, 34 ans, de Loretteville, ainsi qu'Avick Caron, 39 ans, de Saint-Wenceslas. Ils ont tous les deux comparu au palais de justice de Trois-Rivières pour répondre à des accusations de complot pour vol, de fraude à l'encontre de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, de trafic de biens criminellement obtenus en exportant et vendant le sirop d'érable à l'étranger et de possession de biens criminellement obtenus dans le but d'en faire le trafic. Caron doit en plus faire face à un chef supplémentaire de vol. En ce qui concerne le troisième individu arrêté, il a été libéré par les policiers.

Ce vol pour le moins spectaculaire était survenu entre le 1er août 2011 et le 30 juillet 2012 dans un entrepôt loué par la Fédération des producteurs acéricoles du Québec à Saint-Louis-de-Blandford. L'entrepôt contenait 10 millions de livres de sirop d'érable, ce qui correspond à une valeur de 30 millions $. Environ 60 % du contenu de l'entrepôt avait été dérobé, soit quelque six millions de livres, d'une valeur approximative de 18 millions $. Les deux tiers de la marchandise volée auraient été retrouvés durant l'enquête policière.

Selon ce qu'on a appris, c'est Caron qui aurait permis la réalisation de ce vol. Il était en mesure d'avoir accès à l'intérieur de l'entrepôt par un autre des organismes ou entreprises qui se trouvent dans la même bâtisse où la Fédération loue des locaux. Le sirop d'érable était ainsi transvidé des locaux de la Fédération vers des camions qui étaient garés ailleurs dans l'édifice. Les voleurs avaient même pris soin de remplacer le contenu d'un certain nombre de barils par de l'eau.

Ce sont les camions de l'entreprise Sebastian Express de Bécancour qui auraient été utilisés pour transporter le sirop d'érable dans différents points de chute au Nouveau-Brunswick. À partir de ces différents endroits, la marchandise était liquidée en Ontario et dans le nord-est des États-Unis.

Le propriétaire de Sebastian Express selon le Registre des entreprises du Québec, Sébastien Jutras, ainsi que Gaétan Jutras et Line Pépin de Bécancour étaient toujours recherchés sous mandat, mardi, tout comme deux autres personnes, Stéphane Darveau, de Sherbrooke, et Robert McLean de Granby. Les Jutras et Mme Pépin se cacheraient en Floride.

Le directeur général par intérim de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec, Simon Trépanier, se dit satisfait que la Sûreté du Québec ait réussi à arrêter plusieurs personnes relativement à ce vol.

«Nous sommes très heureux [...]. Il y a souvent des enquêtes qui démarrent mais qui ne permettent pas de faire d'arrestations car il n'y a pas assez de preuves. Mais là il y a des arrestations alors nous sommes rassurés», indique M. Trépanier.

Vallières et Caron libérés sous conditions

Comme ils n'ont pas d'antécédents judiciaires, Vallières et Caron ont pu reprendre leur liberté mais sous conditions, dont celles de ne pas contacter une trentaine d'autres personnes qui seraient reliées à cette affaire et de ne pas quitter le pays. Vallières a dû verser une caution de 50 000 $ avec dépôt tandis que Caron a été libéré en retour d'une caution de 10 000 $, toujours avec dépôt. Leur cause a été remise au 26 février.

L'enquête qui a permis cette frappe a été réalisée par la Division des enquêtes régionales du secteur Centre. Au total, 300 personnes ont été interrogées.

Pendant leur enquête, les policiers avaient visité l'entreprise de transformation et d'exportation de sirop d'érable S. K. Export, située à Kedgwick au Nouveau-Brunswick. Ils y avaient saisi entre 750 000 et 800 000 livres de sirop, soit la totalité de l'inventaire de l'entreprise. La marchandise saisie comprenait autant le sirop provenant du Québec que du Nouveau-Brunswick, selon la directrice administrative de S. K. Export, Julienne Bossé-Desrosiers.

Cette dernière répète que son entreprise n'a rien à se reprocher et qu'elle n'a rien à voir dans cette histoire. Néanmoins, elle mentionne que l'un des individus arrêtés, Richard Vallières, est passé acheter une pièce d'équipement au local de son entreprise lundi dernier et que du sirop provenant de cet individu fait partie de la marchandise saisie.

«Nous n'avons pas eu d'autre quantité de sirop de lui depuis. J'ai d'ailleurs de la difficulté à croire qu'il fasse partie des personnes arrêtées», a laissé tomber Mme Bossé-Desrosiers.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer