Une famille empoisonnée au monoxyde de carbone

Les petites Angelina et April, ainsi que leur... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Les petites Angelina et April, ainsi que leur mère Sandra et leur père Gérald Nicolas, ont passé quelques heures en chambre hyperbare à l'Hôtel-Dieu de Lévis.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

(Québec) Le propriétaire d'une résidence pour personnes âgées tient pour responsable l'installateur de son système de chauffage au gaz, Boucher Lortie, pour l'intoxication au monoxyde de carbone dont ont été victimes sa famille et lui, les forçant à passer une nuit en chambre hyperbare.

La chaudière au gaz naturel installée chez les... (Le Soleil, Steve Deschênes) - image 1.0

Agrandir

La chaudière au gaz naturel installée chez les Nicolas il y a moins d'une dizaine de jours

Le Soleil, Steve Deschênes

Au bout du fil, Gérald Nicolas était encore visiblement sous le choc, mercredi. Mardi soir, il a eu la frousse de sa vie lorsque, vers 20h, sa petite Angelina, trois ans, s'est mise à vomir constamment et est même tombée au sol sans pouvoir se relever. «Elle était comme quelqu'un qui venait d'avoir une attaque cardiaque», confie-t-il.

Sa femme, Sandra, et lui ont aussi commencé à ressentir de gros maux de tête, accompagnés de coliques, de diarrhée et de palpitations cardiaques.

«Ma femme et moi avons une excellente santé. On se demandait bien ce qui pouvait arriver», poursuit le propriétaire de la Villa Royale, rue du Parc, à Saint-Frédéric de Beauce. «Mon autre fille de cinq ans, April, dormait à ce moment-là. Mon fils de 14 ans, Niko, était à l'étage, il n'a pas été incommodé.»

Après une demi-heure, il a compris que les malaises qui affectaient sa famille ne pouvaient être causés que par une fuite de gaz naturel. Leurs appartements sont situés au sous-sol de la résidence, tout comme la chaudière au gaz naturel installée il y a moins d'une dizaine de jours.

«Mon réflexe n'a pas été d'appeler le 9-1-1, mais le fournisseur qui a installé la fournaise. La dame m'a dit qu'il fallait appeler Gaz Métro. Elle m'a donné le numéro, mais mes maux de tête m'empêchaient de m'en souvenir, relate-t-il. Je l'ai rappelée en lui demandant d'appeler Gaz Métro pour moi. Nous avons attendu longtemps et personne n'arrivait. J'ai finalement appelé Gaz Métro moi-même. Dix minutes plus tard, les pompiers et les ambulanciers étaient sur place.» Il était alors 23h30.

Pendant que les secours ventilaient la résidence, les quatre personnes intoxiquées étaient conduites à l'Hôtel-Dieu de Lévis, où elles ont passé quelques heures en chambre hyperbare. Aucun des 24 résidants qui dormaient aux étages n'a été incommodé.

M. Nicolas blâme la téléphoniste de Boucher Lortie pour ne pas avoir fait le suivi de son appel auprès de Gaz Métro. Mais surtout, il estime que si l'entreprise lui avait offert d'installer des détecteurs de monoxyde de carbone, jamais il n'aurait craint pour la vie de sa famille.

Il est d'autant plus ébranlé que l'installateur a dû venir une première fois vendredi parce qu'il y avait un problème de conversion avec la cuisinière. Elle était réglée pour fonctionner au propane plutôt qu'au gaz naturel. «Je leur ai demandé deux fois s'il fallait la convertir», signale M. Nicolas.

Toute la journée, Boucher Lortie et Gaz Métro... (Le Soleil, Steve Deschênes) - image 2.0

Agrandir

Toute la journée, Boucher Lortie et Gaz Métro ont tenté de trouver le problème lié à la présence de monoxyde. Les indices ont finalement convergé vers la cheminée d'évacuation, déjà existante. Le gaz refoulait vers l'intérieur.

Le Soleil, Steve Deschênes

Une leçon

Marco Boucher, propriétaire de l'entreprise, comprend la colère du père. Cependant, il explique que le Code du bâtiment n'exige pas d'installer des détecteurs lors de l'installation d'une chaudière au gaz. Il a donc agi, dit-il, en conformité avec les règles.

«On bâtit le monde en tirant des leçons, consent M. Boucher. C'est tellement un cas d'exception, ce n'est pas des réflexes encore que d'offrir d'installer des détecteurs dans pareille situation. Mais si un incident pareil exige maintenant qu'on le fasse, on le fera.»

Par ailleurs, il ne voulait pas se prononcer sur le suivi du second appel de M. Nicolas, puisqu'il n'en avait trouvé encore aucune trace dans les registres au moment où Le Soleil lui a parlé. Enfin, tout indiquait, semble-t-il, que la cuisinière était déjà configurée pour fonctionner au gaz.

Mercredi matin, des détecteurs de monoxyde ont été installés à la résidence par mesure de précaution. Toute la journée, Boucher Lortie et Gaz Métro ont tenté de trouver le problème lié à la présence de monoxyde. Les indices ont finalement convergé vers la cheminée d'évacuation, déjà existante. Le gaz refoulait vers l'intérieur. Le problème serait maintenant corrigé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer