Baie-des-Sables: condamné à la prison à vie pour le meurtre d'un voisin

La maison de Baie-des-Sables où Gabriel Bérubé a... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

La maison de Baie-des-Sables où Gabriel Bérubé a assassiné Jacques Duchaîne.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partager

Carl Thériault, collaboration spéciale
Le Soleil

(Rimouski) Gabriel Bérubé, 60 ans, a été condamné lundi au palais de justice de Rimouski à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans, pour le meurtre au second degré d'un voisin, Jacques Duchaine.

Les avocats de la Couronne et de la défense ont été d'accord sur la durée de cette période d'admissibilité de 10 ans à une demande de libération conditionnelle, le minimum pour un meurtre au second degré.

Lors de ses recommandations au jury, le juge Richard Grenier a admis avoir fait preuve de distraction quand il a oublié de demander au jury s'il avait une recommandation à faire sur le temps à purger en prison avant que l'accusé soit admissible à une libération conditionnelle.

Si la sentence a été prononcée, les procureurs font tous deux appel du verdict du jury, pour des motifs différents. «On demeure convaincus que c'est un dossier qui aurait dû conduire à un homicide involontaire», soutient Rodrigue Joncas, avocat de Gabriel Bérubé.

«Le minimum prévu pour une demande de libération conditionnelle est de 10 ans dans le cas d'un meurtre au second degré, le juge pouvant aller jusqu'à 25 ans. On était d'accord avec l'admissibilité de 10 ans, selon la jurisprudence et ce qu'a dit le juge», a expliqué Marcel Harvey, avocat de la défense. «Pour ce qui est de notre avis d'appel, c'est que le juge n'a pas permis que soit soumise au jury l'accusation de meurtre au premier degré. À l'origine, l'accusation était de meurtre au premier degré. En cours de route, le juge a considéré que nous n'avions pas suffisamment de preuves pour que cette accusation soit soumise au jury. Si notre appel était retenu, il y aurait un nouveau procès.»

Le meurtre au premier degré (avec préméditation) entraîne une période de 25 ans avant toute demande de libération conditionnelle.

Gabriel Bérubé, qui a déjà purgé 30 mois de prison, demeurera incarcéré jusqu'à la fin des procédures. Son avocat n'a pas l'intention de demander une suspension de la sentence. La cause ne sera vraisemblablement pas entendue par la Cour d'appel du Québec avant un an.

Le 30 octobre, Gabriel Bérubé avait été reconnu coupable de meurtre au second degré pour avoir tué son voisin, Jacques Duchaine. Le crime s'est produit le 29 juin 2010 à Baie-des-Sables, près de Matane, avec un fusil de calibre .22 à canon tronqué. La question fondamentale autour de ce procès avait été de savoir si l'accusé - qui avait admis sa culpabilité - avait l'intention précise de causer la mort de son voisin.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer