Des policiers filmés à leur insu, selon la Fraternité des policiers de Lévis

Des caméras auraient été installées dans au moins... (Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck)

Agrandir

Des caméras auraient été installées dans au moins un poste durant le règne de l'ancien directeur de la police de Lévis, Jean-François Roy, ici en compagnie de la mairesse Danielle Roy Marinelli, en 2009.

Photothèque Le Soleil, Laetitia Deconinck

Partager

(Québec) La Fraternité des policiers de Lévis affirme que des policiers auraient été filmés à leur insu durant le règne de l'ancien directeur Jean-François Roy, alors que quelques caméras auraient été installées dans au moins un poste du service.

Le chef de police actuel, Yves Charette, a confirmé au Soleil que la Fraternité a déposé un grief dénonçant cette situation et que celui-ci devrait être entendu plus tard cet hiver devant un arbitre.

«C'est la prétention [que c'est la direction qui avait permis l'installation des caméras], mais je n'étais pas là» à l'époque, a expliqué M. Charette.

Ces caméras auraient été posées dans des salles où les policiers ont l'habitude de fraterniser et de se reposer avant et après leur quart de travail. Une autre information crédible circule selon laquelle ces quelques caméras auraient été installées dans les deux postes de Lévis et de Saint-Romuald.

L'adjoint de M. Charette, Sylvain Perron, reconnaît que le bruit a circulé durant une certaine période de temps sur la présence de ces caméras. Il confirme que des «caméras ont été démantelées».

Une source nous explique que les caméras auraient pu être installées à la fin de 2008 ou au début de 2009. En octobre 2008, alors que les négociations pour le renouvellement de la convention collective stagnaient, une auto-patrouille de la police de Lévis avait été laissée en pleine nuit dans le stationnement de la maison privée de l'ancien inspecteur à la gendarmerie, Denis Blouin. Cherchait-on à trouver les auteurs de ce geste à l'aide de ces caméras?

Une enquête avait été instituée pour trouver les gens qui avaient laissé cette auto-patrouille, mais ceux-ci n'avaient pas été identifiés.

Dans de nombreux postes de police, comme c'est le cas à Lévis, plusieurs caméras de surveillance observent les policiers, mais généralement, ceux-ci savent où les appareils se trouvent. Mais dans le cas qui nous intéresse, des policiers auraient été filmés à leur insu et n'étaient pas au courant de l'existence de ces caméras.

Accroc dans la convention

L'adjoint Perron reconnaît que l'inquiétude de certaines personnes, c'est que les appareils auraient capté le son ambiant, ce qui aurait représenté une intrusion importante dans la vie privée des gens.

La Fraternité des policiers de Lévis estime que la présence de ces caméras constitue un accroc important à la convention collective et va à l'encontre de la Charte des droits et libertés. Pour chaque policier, la Fraternité réclame donc à la Ville de Lévis 2500 $ en dommages moraux et 1000 $ en dommages punitifs. Cela représente une somme supérieure à 500 000 $.

Enquête de la SQ

M. Perron assure qu'une enquête de la Sûreté du Québec (SQ) a été réalisée sur cette affaire de caméras, et qu'aucune accusation criminelle n'a été déposée contre qui que ce soit.

L'ancien inspecteur à la gendarmerie Denis Blouin n'a pas voulu répondre à beaucoup de questions lorsque joint par Le Soleil.

«J'ai pris ma retraite du service et je ne commenterai pas. Mais ce qu'il faut dire avec les caméras, c'est qu'il y a de la jurisprudence dans ce domaine. Ce sont des choses normales et qui sont permises.»

La semaine dernière, M. Blouin n'avait toujours pas été sommé de se présenter en vue de ce processus d'arbitrage. «Si on me demande d'y aller, je vais le faire, c'est sûr.»

Le président de la Fraternité des policiers de la ville de Lévis, Marc Allard, a également tenu à limiter au minimum ses commentaires sur le sujet.

«On était rendu loin avec cette affaire de caméras. Tu ne te sens plus vraiment dans ton lieu de travail quand tu peux être filmé à ton insu. Plusieurs se demandent aussi si l'audio était capté sur ces caméras. C'est très inquiétant.»

Écrivez-nous: Si vous avez des informations supplémentaires sur ce dossier : fbourque@lesoleil.com ou mboivin@lesoleil.com

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer