L'UPAC arrête Pierre Duhaime, ex-pdg de SNC-Lavalin

Pierre Duhaime a été la cible des photographes... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Pierre Duhaime a été la cible des photographes mercredi à la suite de son arrestation.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Larocque
La Presse Canadienne
Montréal

Le vaste scandale qui secoue SNC-Lavalin depuis le début de l'année a pris une nouvelle tournure, mercredi, avec l'arrestation de l'ancien grand patron de la firme d'ingénierie, Pierre Duhaime.

Des policiers de la Sûreté du Québec travaillant au sein de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) ont arrêté M. Duhaime à son domicile mercredi matin. L'homme d'une cinquantaine d'années est accusé de complot de fraude, de fraude et d'usage de faux documents. Il doit être libéré sur promesse de comparaître ultérieurement.

Selon Le Devoir, qui a mis la main sur l'acte d'accusation, les deux premiers chefs sont liés au contrat de construction et d'entretien du nouveau Centre universitaire de santé McGill (CUSM), octroyé à SNC-Lavalin et à la firme britannique Innisfree en 2010.

Le mois dernier, le quotidien montréalais a révélé que SNC est soupçonné d'avoir versé des «paiements douteux» de 22 millions $ pour obtenir le chantier.

Le chef d'accusation d'usage de faux est lié à un contrat conclu entre SNC-Lavalin International et la firme Sierra Asset Management.

L'UPAC a par ailleurs indiqué mercredi que Riadh Ben Aïssa, un ancien vice-président de SNC-Lavalin incarcéré en Suisse depuis avril, fait également face à des chefs d'accusation de complot de fraude, de fraude et d'usage de faux. Une procédure d'«entraide internationale» est en cours, a précisé l'UPAC.

En mars, une enquête interne a conclu que SNC-Lavalin a effectué des versements irréguliers de 56 millions $ US à des intermédiaires pour des motifs mystérieux. Les 22 millions $ liés au CUSM en feraient partie.

Cette semaine, la télévision publique suisse a rapporté que les autorités enquêtaient sur d'autres versements totalisant 139 millions $ US. Après cette révélation, SNC a admis avoir retenu les services de deux firmes d'intermédiaires, Duvel et Dinova, pour décrocher des contrats en Libye, et ce, de 2001 à 2011.

Relevé au printemps

Rappelons que Pierre Duhaime a été relevé de ses fonctions au printemps. Il a tout de même eu droit à un «arrangement de départ» de 5 millions $.

En septembre 2011, M. Duhaime s'était prononcé contre la tenue d'une enquête publique sur l'industrie de la construction, affirmant ne pas voir en quoi un tel exercice «pourrait faire mieux» que les mesures mises en place par Québec au fil des ans, dont l'escouade Marteau.

«SNC-Lavalin a coopéré et continuera de coopérer pleinement avec toutes les autorités qui font appel à nous», a commenté mercredi une porte-parole de l'entreprise, Leslie Quinton.

«Nous avons volontairement remis des renseignements en notre possession aux autorités locales et à d'autres juridictions, afin qu'elles puissent prendre toute mesure qu'elles pourraient juger appropriée», a-t-elle ajouté.

«Nous sommes catégoriques: les comportements non éthiques et les actes illégaux ne doivent pas être tolérés. Nous croyons que quiconque est réputé avoir commis un délit lié à une enquête doit être traduit en justice», a dit la porte-parole.

Vers 13h30, l'action de SNC-Lavalin reculait de 2,4 % pour s'échanger à 39,92 $, à la Bourse de Toronto.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer