La CSN défend son aide à Gabriel Nadeau-Dubois

Gabriel Nadeau-Dubois... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Gabriel Nadeau-Dubois

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Dominique Hardy
Le Soleil

(Québec) Le président de la CSN, Jacques Létourneau, tient à rappeler les fondements de la mission de son syndicat au moment où un employé du Réseau de transport de la Capitale (RTC) lui a fait parvenir une pétition contre l'octroi d'une aide financière afin d'épauler Gabriel Nadeau-Dubois dans son pourvoi d'appel. La décision du juge Denis Jacques pourrait causer préjudice à tous les porte-parole d'association, selon le président.

Le président de la CSN a reçu, mercredi matin, la pétition mise de l'avant par un chauffeur du RTC comprenant près de 400 signatures et dénonçant l'appui financier de 2500 $ octroyé à Gabriel Nadeau-Dubois pour le pourvoi de son appel. L'ex-porte-parole de la CLASSE a été reconnu coupable d'outrage au tribunal au début du mois pour avoir incité des manifestants à violer une injonction.

«C'est clair que nous allons lui répondre par écrit», indique Jacques Létourneau. «Nous avons tous les mandats du congrès.» En envoyant sa pétition, l'employé a écrit dans sa lettre que ce n'est pas le rôle de la CSN de faire des interventions sociopolitiques. «Nous allons simplement lui rappeler que depuis 1968, sous Marcel Pepin, la CSN a dit que c'est important d'intervenir dans l'usine, l'entreprise et le milieu de travail, mais il faut intervenir aussi sur ce qui se passe dans la société. Bien entendu, la CSN, comme elle l'a toujours fait dans l'histoire des grèves étudiantes au Québec, sur la base du principe de l'accessibilité à l'éducation, nous avons soutenu la dernière grève. Cela dit, les membres ont le droit de se plaindre.»

Jacques Létourneau craint que la condamnation de Gabriel Nadeau-Dubois cause du tort à tous les porte-parole des associations. «C'est important de dire que nous n'avons pas appuyé ni pour ni contre Gabriel Nadeau-Dubois», précise le président. «Nous avons appuyé son appel de l'outrage au tribunal pour lequel il a été condamné. Ça nous préoccupe. Cela aura un impact pour tous les porte-parole d'organisations, dont les syndicats. Ça aurait été n'importe quelle autre personne de visée par cette décision, que nous l'aurions soutenu.»

M. Létourneau poursuit que 90 % des fonds de la CSN vont pour la défense des intérêts des travailleurs. Une somme de 2500 $ a été octroyée à l'ex-porte-parole de la CLASSE. «Nous sommes plus de 300 000 membres. Faites le calcul», dit-il. Pour l'instant, outre des commentaires formulés sur la base individuelle, aucun autre syndicat ne s'est montré en défaveur de cette mesure.

Initiative personnelle

La pétition n'a pas été mise de l'avant par le syndicat des chauffeurs du RTC, mais bien par un employé. Ce dernier a transmis lui-même le document à Jacques Létourneau. «J'avais dit à l'employé de me la remettre et que je la transmettrais», admet Serge Gagné, président du syndicat des chauffeurs du RTC. «C'est mon devoir. Nous allons sûrement avoir une légère discussion.»

M. Gagné refuse de se prononcer sur l'appui de la CSN à Gabriel Nadeau-Dubois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer