Licenciements à la SQ: le syndicat ne croit pas aux commandes politiques

Les récents licenciements de directeurs généraux associés à...

Agrandir

Les récents licenciements de directeurs généraux associés à la direction de la Sûreté du Québec ne sont pas des commandes politiques, mais plutôt à un «effet domino» à la suite de la nomination du nouveau directeur général, Mario Laprise, estime Pierre Veilleux, président de l'Association des policiers provinciaux du Québec.

Partager

David Rémillard
Le Soleil

(Québec) Les récents licenciements de directeurs généraux associés à la direction de la Sûreté du Québec (SQ) ne sont pas des commandes politiques, estime Pierre Veilleux, réélu président de l'Association des policiers provinciaux du Québec (APPQ), qui représente les officiers de la SQ.

Joint dimanche par le Soleil, M. Veilleux croit plutôt à un «effet domino» à la suite de la nomination du nouveau directeur général, Mario Laprise. Il exclut donc la possibilité que le Parti québécois (PQ) ait eu son mot à dire dans la nomination des nouveaux directeurs généraux associés.

Pierre Veilleux estime que la seule nomination qui «pourrait être politique» est celle de Mario Laprise lui-même, nommé directeur général de la SQ en octobre dernier par le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, à la suite du congédiement de Richard Deschenes. Le PQ souhaitait, selon M. Veilleux, accentuer ses efforts concernant les enquêtes criminelles, une spécialité du nouveau directeur général. Par la suite, il s'agit d'un jeu de chaises musicales qui était à prévoir.

«Quand ce genre de changement survient, le directeur général se refait un cabinet», a expliqué M. Veilleux. Mario Laprise a en effet obtenu l'autorisation de modifier à sa guise sa garde rapprochée.

Régis Falardeau, anciennement directeur général associé, a notamment été muté chez Loto-Québec. Son collègue, Jean Audet, a perdu la responsabilité des enquêtes criminelles au profit de Gaétan Guimond, un ancien collègue de Laprise chez Hydro-Québec.

Un oeil sur le budget

Pierre Veilleux gardera demain un oeil attentif sur le premier budget du ministre des Finances, Nicolas Marceau. Des coupes de 26 millions $ à l'actuel budget de 900 millions $ sont prévues. «C'est sûr que 26 millions $ sur un budget de 900 millions $, ce n'est pas trop alarmant, c'est plutôt inquiétant. Ça va dépendre comment l'employeur va gérer ça», a-t-il prévenu.

Élu par une majorité de 71 %, Pierre Veilleux entend poursuivre le travail qu'il a amorcé à l'APPQ depuis son arrivée en 2011. Depuis son entrée en poste, M. Veilleux travaille à la mise en place d'un nouveau système de négociations.

Ce dernier devra d'ailleurs négocier la prochaine convention collective des policiers provinciaux, dont le contrat de travail avec le gouvernement du Québec arrivera à échéance le 31 mars 2015.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer