Mort d'un signaleur: la CSST déterminera s'il s'agit d'un accident de travail

Le boulevard Wilfrid-Hamel en direction ouest a été... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Le boulevard Wilfrid-Hamel en direction ouest a été fermé à la hauteur de l'autoroute 40 une bonne partie de la soirée mercredi.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

(Québec) La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) poursuit aujourd'hui son enquête afin de déterminer les circonstances exactes du décès d'un signaleur de 32 ans de Québec, Frédéric Huot, survenu sur un chantier de construction du boulevard Hamel en fin d'après-midi, mercredi. L'homme a été percuté par une voiture conduite par un homme de 84 ans.

Selon la porte-parole de la CSST, Lucie Michaud, les inspecteurs doivent retourner sur les lieux du drame aujourd'hui, afin de rencontrer les collègues de travail de la victime et les gestionnaires du chantier. C'est la compagnie Construction et Pavage Portneuf Inc. qui opère ce chantier situé à la limite des villes de Saint-Augustin-de-Desmaures et de Québec.

Le chantier était fermé au moment du drame et la victime avait terminé son quart de travail, rapporte Mme Michaud. La boîte à lunch du signaleur et ses équipements de sécurité, dont son casque, étaient déjà rangés dans sa voiture quand il a été heurté. Ses clés étaient dans le contact et il était prêt à quitter le chantier.

Retour sur le chantier

Pour une raison qui demeure inconnue, il est retourné sur le chantier. L'homme portait encore son dossard de sécurité. C'est à ce moment qu'un conducteur de 84 ans l'a percuté, en se dirigeant en direction ouest sur le boulevard Hamel. La police de Québec souligne que ni l'alcool ni la vitesse ne seraient en cause.

Mme Michaud explique que les éléments d'information recueillis jusqu'à maintenant par les inspecteurs de la CSST ne permettent pas d'expliquer pourquoi M. Huot a traversé les voies du boulevard en direction ouest, après la fin de son quart de travail.

Les entrevues menées aujourd'hui auprès des collègues de travail de la victime permettront peut-être d'en savoir davantage.

Mme Michaud précise que dans le secteur où le drame s'est produit, deux lampadaires éclairent la zone des travaux. Dans un de ces deux lampadaires, certaines des lumières d'éclairage étaient brûlées. Au moment de la collision, la noirceur s'installait sur Québec.

Le travailleur détenait toute la formation pertinente pour occuper les tâches de signaleur sur un chantier, indique Mme Michaud, même si M. Huot travaillait pour cette compagnie depuis seulement deux mois et demi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer