Un signaleur happé mortellement sur le boulevard Wilfrid-Hamel

Le boulevard Wilfrid-Hamel en direction ouest a été... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Le boulevard Wilfrid-Hamel en direction ouest a été fermé à la hauteur de l'autoroute 40 une bonne partie de la soirée mercredi.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Sur le même thème

(Québec) Un signaleur de 32 ans a perdu la vie après avoir été happé par une automobile sur le boulevard Wilfrid-Hamel, aux alentours de 16h45, mercredi, dans le secteur du viaduc qui enjambe l'autoroute 40, à la limite des villes de Québec et de Saint-Augustin-de-Desmaures.

La victime s'est fait faucher par la voiture tout juste avant le viaduc, du côté est de celui-ci, dans un secteur où des travaux routiers touchant notamment la bretelle de sortie de l'autoroute étaient en cours. L'automobile conduite par un homme de 84 ans se dirigeait en direction ouest au moment de l'impact.

À l'arrivée des ambulanciers, l'homme était déjà en arrêt cardio-respiratoire. Il a été transporté au CHUL, où son décès a été constaté.

La porte-parole de la police de Québec, Catherine Viel, affirme qu'à première vue, l'accident ne semble pas avoir été causé par une conduite trop rapide de l'automobiliste et l'alcool n'est pas en cause. L'obscurité était en train de s'installer sur Québec à ce moment.

Enquêteurs et spécialistes de l'identité judiciaire ont été appelés sur les lieux afin de comprendre les circonstances exactes qui ont conduit à ce décès. Le boulevard Hamel en direction ouest a été fermé à cette hauteur une bonne partie de la soirée.

Des traces de freinage étaient bien visibles sur la chaussée. Différents confrères de travail de la victime ont aussi été rencontrés par les policiers.

Chantier fermé

Alain Savard, un des copropriétaires de l'entreprise qui était responsable de ce chantier, Construction et Pavage Portneuf Inc., a indiqué au Soleil que le chantier était fermé au moment du drame. Selon les informations que M. Savard dit avoir recueillies auprès de ses travailleurs, la boîte à lunch du signaleur et ses équipements de sécurité, dont son casque, étaient déjà rangés dans sa voiture quand il a été heurté. Ses clés étaient dans le contact et il était prêt à partir.

«On présume qu'il a débarqué pour aller tasser un cône, quelque chose qu'il a vu d'anormal. À son retour à son auto, il s'est fait frapper.»

M. Savard n'était pas certain si son travailleur portait sa veste de visibilité quand il s'est aventuré sur le boulevard. La victime travaillait pour cette entreprise depuis deux mois et l'homme avait reçu la formation pertinente à son emploi.

La femme de l'automobiliste, Rita Vaillancourt, affirme qu'il a été impossible pour son mari d'éviter la collision, car l'homme s'est présenté devant leur véhicule au tout dernier instant. Elle était aussi à bord de la voiture.

«On l'a pas vu, a-t-elle expliqué au Soleil, mercredi. Tout d'un coup, on a vu une personne à côté de nous autres, et tout de suite, on l'a frappée.»

La CSST fait aussi enquête sur cet accident.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer