Animalerie Dyno condamnée à 1850 $ d'amendes

À la succursale d'Animalerie Dyno sur Louis-XIV., une... (Google Street View)

Agrandir

À la succursale d'Animalerie Dyno sur Louis-XIV., une inspectrice d'Anima Québec a noté en 2009 que les installations étaient susceptibles d'affecter la sécurité et le bien-être des animaux.

Google Street View

(Québec) Reconnue coupable hier d'une série d'infractions liées aux soins dispensés aux animaux, Animalerie Dyno a été condamnée à des amendes totalisant 1850 $.

Si le juge Michel Auger a aussi acquitté l'entreprise comptant 10 succursales de quelques chefs d'accusation, il n'a eu aucune hésitation à prononcer des condamnations à la suite d'observations faites à sa succursale Louis-XIV. À cet endroit, une inspectrice d'Anima Québec a noté en 2009 que les installations étaient susceptibles d'affecter la sécurité et le bien-être des animaux.

Il manquait d'eau ainsi que d'une aération adéquate, et certains récipients étaient recouverts de papier contenant des excréments qui risquaient de contaminer l'eau, a rappelé le juge Auger. De plus, un chien a été trouvé très mal en point.

Chiots déshydratés

Chétif et sale, l'animal ne réagissait pas et il avait du mal à se tenir sur ses pattes. Comme il était froid, déshydraté et visiblement en danger, l'inspectrice l'a amené chez la vétérinaire.

Celle-ci a relaté au juge que l'état général de l'animal était médiocre. Il était très faible et il a fallu le réhydrater d'urgence par intraveineuse, en plus de lui administrer un antibiotique, un antiacide et un antivomitif, sinon il aurait pu ne pas passer la nuit, de l'avis de la vétérinaire. De plus, plusieurs chiots en vente chez Animalerie Dyno manquaient aussi d'hydratation. Averti par l'inspectrice que l'un d'eux était certainement déshydraté, André Rodrigue, le propriétaire de l'entreprise dont le chiffre d'affaires annuel oscille entre 6 et 7 millions $, a refusé de répondre à ses questions. Il s'est emparé du chiot malade et il s'est sauvé sans dire un mot.

La procureure de la Couronne au dossier, Me Kathy Bergeron, a réclamé les amendes totalisant 1850 $, auxquelles le juge Auger a condamné Animalerie Dyno.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer