Des chiens à l'hôpital psychiatrique

William Lambiotte, infirmier cynothérapeute, et Evie, la «thérapeute».... (AFP, FRANCOIS NASCIMBENI)

Agrandir

William Lambiotte, infirmier cynothérapeute, et Evie, la «thérapeute».

AFP, FRANCOIS NASCIMBENI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Zoé LEROY
Agence France-Presse
Amiens, France

À l'hôpital psychiatrique d'Amiens, dans le nord de la France, la liste des soignants comprend... des chiens. Depuis 2010, le centre Philippe Pinel pratique la cynothérapie, un soin sur prescription visant à soigner les malades mentaux avec ces canidés.

Golden retriever dans une main, cavalier King Charles dans l'autre, Priscillia, 27 ans, promène Zoé et Fatou sous les arcades de cet hôpital impressionnant du 19e siècle en briques rouges. «J'adore les chiens, c'est sympa», lance-t-elle, guillerette.

«Priscillia souffre de psychoses infantiles. Quand je l'ai prise en charge, elle n'avait comme rapport au monde que la souffrance, elle se scarifiait, se brûlait... Après une séance de cynothérapie, tout cela a disparu, c'était spectaculaire», assure William Lambiotte, infirmier cynothérapeute qui a introduit l'activité dans l'hôpital.

«Elle s'est ouverte aux autres, elle est devenue coquette, elle a retrouvé la valorisation qu'elle n'a jamais eue», ajoute M. Lambiotte, également éducateur canin.

Effet «anti-dépresseur», enrayement du processus d'isolement, diminution du stress, adaptation à la vie sociale... côtoyer, promener et s'occuper des canins engendrerait de nombreux bénéfices pour les patients.

L'hôpital Philippe Pinel, qui compte environ 300 malades et quatre chiens, est l'un des rares établissements en France à recourir à la cynothérapie pour aider des patients soignés en psychiatrie. Le centre hospitalier de Mulhouse propose lui aussi cette activité. La pratique existe aussi dans d'autres pays, notamment en Europe du Nord et au Canada.

«Les chiens sont aussi indispensables qu'inexplicables. Pourquoi des malades qui ne reconnaissent pas leur propre famille reconnaissent, Fatou, Zoé ou Evie? Je ne l'explique pas», avoue M. Lambiotte.

Evie - un autre cavalier King Charles - sur les genoux, l'infirmier anime chaque semaine un groupe de parole d'une dizaine de malades. À tour de rôle, chacun dit ce qu'il a sur le coeur: «Mon père est mort», lance ainsi Karim avant de s'éclipser; «moi, ma cousine est vivante», poursuit Sylvie, alors que Jean-Claude raconte sa visite du château de Versailles.

«On a remarqué que la présence d'un chien lors des groupes de parole attirait davantage de patients, mais surtout libérait la parole plus facilement», explique, en blouse blanche, M. Lambiotte.

William Lambiotte... (AFP, FRANCOIS NASCIMBENI) - image 2.0

Agrandir

William Lambiotte

AFP, FRANCOIS NASCIMBENI

Priscillia, 27 ans, une residente de l'unité psychiatriqu,... (AFP, FRANCOIS NASCIMBENI) - image 2.1

Agrandir

Priscillia, 27 ans, une residente de l'unité psychiatriqu, et la chienne Zoé.

AFP, FRANCOIS NASCIMBENI

«Un médicament comme un autre»

Depuis la création de l'activité à l'hôpital Philippe Pinel, 259 patients de 6 à 98 ans et porteurs de 97 diagnostics différents ont été pris en charge, et 54 médecins sont désormais «prescripteurs de cynothérapie».

«On a commencé à utiliser ce type de thérapie pour des patients qui avaient du mal à s'ouvrir sur l'extérieur. Le patient replié sur lui-même se focalise sur l'animal qui le rassure, et arrive ainsi à faire abstraction du milieu persécutif environnant pour se confronter à la réalité», explique le Dr Cyril Guillaumont, chef d'un pôle de l'hôpital.

Ainsi, «petit à petit, ces patients sortent de leur chambre, du service, de l'hôpital. On constate comment l'animal a pu être le traitement qui leur a permis de s'ouvrir», ajoute-t-il.

À l'image de Stéphane, 43 ans, un patient atteint de schizophrénie qui pique-nique avec Zoé à ses côtés dans la cour de l'hôpital.

«Quand on m'a demandé de le prendre en charge, il vivait nu et seul dans sa chambre, il avalait tout, des fourchettes, ses draps qu'il coupait en lanières... Puis il a vu les chiens et ça lui a sauvé la vie, l'ingestion de corps étrangers s'est arrêtée du jour au lendemain», témoigne M. Lambiotte.

Cette thérapie «permet aussi de diminuer chez certains patients les traitements psychotropes administrés jusqu'alors. L'effet d'apaisement apporté par l'animal rend les patients plus calmes et de ce fait-là, il n'y a pas besoin d'être dans une escalade thérapeutique», affirme le Dr Guillaumont.

Finalement, «c'est un médicament comme un autre: il y a une évaluation initiale, une prescription avec l'accord du patient et un effet thérapeutique qui est évalué», conclut-il.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer