D'autres cas de voitures ensevelies dans Chaudière-Appalaches

La Ville de Lévis prévoit être en mesure... (fournie par la Ville de Lévis)

Agrandir

La Ville de Lévis prévoit être en mesure de faire le déneigement complet de son territoire d'ici 10 jours.

fournie par la Ville de Lévis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les cas de voitures et de camions enlisés ou ensevelis par la neige se sont multipliés à Lévis et dans Bellechasse au cours de l'énorme blizzard, mais contrairement au drame qui s'est joué à Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud, les malchanceux s'en sont sortis indemnes.

Alors qu'il travaillait à déneiger le chemin Terrebonne, à Saint-Jean-Chrysostome, un col bleu de la Ville de Lévis est resté coincé pendant plus de 9 heures dans son camion muni d'une gratte à neige. Parce que la visibilité était nulle, il a perdu ses repères et s'est enlisé vers 22h mardi. 

L'homme a été capable de communiquer de façon constante avec son contremaître grâce à un système de communication interne et n'a jamais manqué d'essence pour se tenir au chaud. «Sa vie n'a jamais été en danger», explique Gaétan Drouin, directeur du Service de la sécurité incendie de la Ville de Lévis, en marge d'un point de presse jeudi.

Au petit matin, quand la Ville a été en mesure d'envoyer de l'équipement sur place, il a fallu 2h30 de travail à deux chargeurs pour libérer le chauffeur de sa fâcheuse posture. M. Drouin explique que la Ville a dû utiliser une mesure exceptionnelle pour déneiger les rangs couverts par des lames de neige mesurant jusqu'à cinq mètres de haut, soit mettre une souffleuse sur un chargeur pour souffler la neige du haut, avant de s'attaquer à la neige plus près du sol. 

Équipe proactive

Lors d'un bilan de l'opération tempête, le maire de Lévis Gilles Lehouillier a félicité toute son équipe qui a été proactive. L'ensemble des 121 cols bleus de la Ville ont été réquisitionnés pour travailler de nuit, des pompiers et des policiers ont été rappelés en renfort, et la Ville a ouvert à 5h le mercredi matin le centre de coordination des mesures d'urgence. «Il y a des coûts rattachés à ça, mais la sécurité de nos citoyens, ça n'a pas de prix», a plaidé le maire. 

En tout, 54 appels ont été traités par le service de sécurité incendie, qui ont aussi une formation de premiers répondants. Ils sont intervenus dans cinq accidents de la route et ont aussi porté assistance à quelques automobilistes enlisés dans la neige. 

Sur le territoire de Lévis, il est tombé près de 60 cm de neige et la ville a eu à faire face à des rafales de vent de 120 km/h. La Ville de Lévis prévoit être en mesure de faire le déneigement complet de son territoire d'ici 10 jours. 

Saint-Charles

Un automobiliste est aussi resté coincé seul à bord de son véhicule sur la route de Beaumont, à Saint-Charles-de-Bellechasse, pendant de longues heures dans la nuit de mardi à mercredi. Il a fallu environ 2h30 à la municipalité pour le tirer d'affaire. «Ça a été une opération de sauvetage complexe, avec un souffleur à neige et les pompiers. Ça a été très long pour ouvrir un petit tronçon de 400 mètres. Mais la personne était isolée, il fallait y aller», raconte Jean-François Comeau, directeur général de Saint-Charles-de-Bellechasse. 

Pendant quelques heures, plusieurs municipalités de Bellechasse ont été coupées du reste du monde, le ministère des Transports ayant fermé toutes les routes aux alentours. À Saint-Raphaël, les pompiers ont effectué de la surveillance des routes isolées en motoneige et sont intervenus pour éviter un feu de cheminée. «On a eu besoin de faire un transport en ambulance, alors on a fait ouvrir un chemin. Je vous dirais que dans l'ensemble, on a répondu à l'essentiel», commente le maire Gilles Breton. 

Déjeuner à Saint-Michel

La fermeture de la route 281, à Saint-Michel-de-Bellechasse, a fait en sorte qu'une quinzaine de citoyens ont dû patienter dans leurs voitures une dizaine d'heures au plus fort de la tempête. Aucun n'a subi de malaise ou n'a été blessé. Le mercredi matin, ces automobilistes ont pu être escortés jusqu'au centre communautaire de Saint-Michel, où la municipalité leur a servi à déjeuner. «C'était pas le grand luxe, mais au moins, ils étaient au chaud», lance Ronald Gonthier, directeur général de Saint-Michel. Parmi ce groupe de citoyens, M. Gonthier évoque un couple de Montmagny qui revenait tout juste d'un voyage en République dominicaine et un autre qui entreprenait un long voyage jusqu'au Nouveau-Brunswick.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer