Pénurie d'eau potable: mesures d'urgence levées aux Îles

Le gouvernement du Québec a procédé au nolisement... (tirée de Facebook)

Agrandir

Le gouvernement du Québec a procédé au nolisement d'un avion-cargo qui a livré 6000 litres d'eau potable aux Îles-de-la-Madeleine.

tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Les mesures d'urgence, qui avaient été déclenchées aux Îles-de-la-Madeleine, ont été levées mardi en fin de journée. «La situation est revenue à la normale», assure le maire, Jonathan Lapierre. Près de 80 % des citoyens de l'archipel, qui ont été privés d'eau pendant 24 heures, peuvent maintenant utiliser l'eau comme avant.

Le niveau du réservoir d'eau de l'île centrale, qui comprend les secteurs de Cap-aux-Meules, de Fatima et de L'Étang-du-Nord, avait atteint un seuil critique, lundi, puisqu'il est descendu à seulement 0,6 mètre. Grâce à la collaboration de la population qui a respecté l'interdiction d'utiliser l'eau et après que les employés municipaux eurent réparé un bris majeur, pour ensuite colmater cinq brèches, le niveau du réservoir avait atteint près de 3 mètres, mardi en fin de journée. Le niveau souhaité est de 3,6 mètres.

Mardi, la Municipalité a distribué près de 4000 litres d'eau embouteillée qu'elle avait réquisitionnés dans tous les commerces des Îles. Aussi, la demande du maire Lapierre, qui consistait à recevoir une livraison d'eau potable par avion, a été entendue à Québec. Lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, mardi matin, le premier ministre s'est montré sensible à la situation vécue par les Madelinots. 

«Vous voyez ce qu'apportent l'insularité et l'éloignement pour une communauté aussi chère au coeur des Québécois que celle des Îles-de-la-Madeleine, a reconnu Philippe Couillard. On va faire tout ce qui est possible pour qu'un premier approvisionnement en eau se fasse le plus rapidement possible.»

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a donc autorisé le nolisement d'un avion-cargo qui a atterri à l'aéroport des Îles, mardi après-midi, aussitôt que les conditions climatiques l'ont permis. La cargaison aéroportée contenait 6000 litres d'eau. «On nous disait que ce serait suffisant pour passer 24 heures, a assuré M. Coiteux lors d'un point de presse, mardi. Si le besoin se fait sentir de répéter cette opération-là, on va le regarder à nouveau.» Cette provision d'eau sera stockée. «C'est pour prévoir, explique M. Lapierre. C'est un plan de contingence, au cas où il y aurait d'autres problèmes ou qu'on vivrait une situation similaire dans les prochains jours.»

Les écoles de l'île centrale et les établissements du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ont pu reprendre leurs activités normales. Comme il n'est pas recommandé de boire l'eau du robinet à moins qu'elle ne soit bouillie au moins une minute, la commission scolaire des Îles distribue aux élèves de l'eau embouteillée fournie par la Municipalité. Celle-ci rappelle que l'avis d'ébullition de l'eau du robinet est en vigueur jusqu'à lundi.

Des spécialistes devraient débarquer sur l'archipel en début de semaine prochaine, munis d'équipements qui permettront d'examiner en profondeur le réseau d'aqueduc de l'île centrale. 

Crise évitable

Cette crise de l'or bleu aurait pu être évitée aux Îles-de-la-Madeleine. La Municipalité a cogné à la porte de Québec à plusieurs reprises pour tenter de régler le problème de ses infrastructures en eau potable, mais sans succès. «La Municipalité a déjà tout analysé cela depuis plusieurs années, explique le maire des Îles. Il y a différents projets qui ont été présentés à différents gouvernements qui, malheureusement, ont tous été refusés dans le passé. Il y avait un projet, justement, de construire un nouveau réservoir dans le centre-ville de Cap-aux-Meules, donc dans l'île centrale parce que, ici comme ailleurs, il y a une évolution au niveau des commerces, des différents besoins également.»

Jusqu'ici, la Municipalité n'a reçu que les sommes provenant de la redistribution de la taxe d'accise sur l'essence, ce qui n'a pas permis d'aller au-delà des travaux d'entretien, de restauration ou de réparation de différentes portions du réseau. Mais le maire Lapierre estime que la situation actuelle lui permettra de revenir à la charge. «Chose certaine, ça donne des arguments supplémentaires», s'exclame-t-il.  Avec La Presse canadienne




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer