Québec moussera son Plan Nord au forum de l'Arctic Circle

L'Arctic Circle, qui tient lundi et mardi un... (Administration régional Kativik (ARK))

Agrandir

L'Arctic Circle, qui tient lundi et mardi un forum à Québec, s'intéresse au Plan Nord du gouvernement Couillard et à sa vision de développer le Nord québécois.

Administration régional Kativik (ARK)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Québec n'a pas l'intention de rater l'occasion de mousser son fameux Plan Nord, la grande vedette du forum de l'Arctic Circle, un vaste rassemblement international s'intéressant au développement nordique, qui s'ouvre lundi dans la Vieille Capitale.

«Le Plan Nord, c'est le thème pour nous cette année. L'idée est de montrer la façon dont nous, on envisage un développement intégré, plus harmonieux avec les communautés d'un grand territoire nordique comme celui du Plan Nord», a mentionné le premier ministre Philippe Couillard, en marge de la réception d'accueil du forum, dimanche soir, au Musée de la civilisation. 

Les visées de l'État pour développer le nord de la province ne sont pas étrangères à l'attention portée par le grand patron de l'Arctic Circle et ex-président de l'Islande, Òlafur Ragnar Grìmsson, sur le Québec. «M. Grìmsson a beaucoup aimé le Plan Nord», a expliqué le président-directeur général de la Société du Plan Nord, Robert Sauvé. 

«Il nous a proposé de faire un forum pour présenter à la communauté internationale ce qu'est le Plan Nord et comment on l'a travaillé, comment c'est une approche de planification avec une vision à long terme et une participation importante des populations concernées et des autochtones», poursuit-il. 

C'est que Québec suit de près l'Arctic Circle depuis 2014. Le premier ministre Philippe Couillard en est d'ailleurs devenu membre honoraire. «[L'Arctic Circle] C'est une voix démocratique, ouverte, pour que les gens puissent discuter de toutes les questions nordiques et arctiques», précise M. Sauvé. 

Et le Plan Nord a piqué la curiosité de l'organisation, assure-t-il, pour «son modèle intégré» de développement durable. «C'est un exemple assez unique [...] C'est d'abord un territoire, ce n'est pas un plan de développement économique ou sectoriel. C'est un plan qui concerne la totalité des préoccupations qu'on retrouve au nord du 49e parallèle.»

À ceux qui se questionnent à savoir si le Plan Nord est encore aussi vivant qu'il y a quelques années, Philippe Couillard pointe pour sa part l'investissement de 400 millions annoncé par Tata Steel en janvier dernier comme une preuve de la survie du projet. «La partie universitaire et académique est également très vivante. Les communautés en profitent déjà, de même que nos entreprises dans les régions limitrophes plus au sud.»

Également de la réception de dimanche soir, Régis Labeaume a affirmé toujours croire au Plan Nord. «Je présume qu'éventuellement le prix des métaux va commencer à remonter. C'est une économie qui est toujours circonstancielle. Je souhaite que le gouvernement puisse reprendre le Plan Nord, parce que c'est très payant.» 

Le maire de Québec rappelle que sa ville sera gagnante si le Plan Nord fonctionne comme souhaité. «Le port de Québec est celui qui est le plus près du Nord. C'est lui qui serait le plus achalandé avec l'augmentation des activités dans le Nord. Il y a quelques centaines d'entreprises, ici, directement concernées. Vous seriez surpris de voir le nombre d'entreprises spécialisées dans les activités minières, ici. C'est beaucoup d'emplois à Québec.»

«Multiplier» le maillage

L'évènement, qui réunira lundi et mardi quelque 250 représentants d'une dizaine de pays dans la capitale, sera par le fait même l'occasion de «multiplier» le maillage et de négocier en coulisse de nouveaux accords, qui pourraient même être annoncés en marge de l'activité, mais impossible pour l'heure d'en savoir plus.

À l'issue par exemple de l'assemblée annuelle de l'Arctic Circle en octobre, une entente de collaboration internationale a été conclue entre l'Institut national de la recherche scientifique, l'Université Laval, Ouranos, l'Institut de recherche d'Hydro-Québec et quatre institutions de l'Islande.

Les échanges entre scientifiques québécois et internationaux au forum permettront probablement d'apporter des améliorations au Plan Nord, croit le premier ministre. «On a déjà à l'Université Laval une des meilleures équipes au monde en recherche arctique. En mettant les connaissances en commun avec des scientifiques de partout, on peut toujours améliorer nos façons de faire.»

Les deux jours d'ateliers compareront le déploiement du Plan Nord à ce qui se fait, entre autres, ailleurs dans le monde, notamment dans les pays scandinaves. «C'est une belle vitrine», lance Robert Sauvé. Une «session spéciale» sera aussi consacrée aux conséquences des changements climatiques dans le Nord avec le prince Albert II de Monaco.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer