Banlieue nord: le règlement freinant la construction assoupli

La CMQ avait voté le 15 mars ce... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La CMQ avait voté le 15 mars ce RCI qui interdit entre autres le développement immobilier dans des pentes de 15 degrés et plus à Stoneham, à Lac-Beauport, à Lac-Delage et à Sainte-Brigitte-de-Laval.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Communauté urbaine de Québec assouplit une fois de plus ses règles visant à freiner le développement dans le bassin versant du lac Saint-Charles. Dorénavant, les propriétaires de terrains de moins de 1000 mètres carrés, «situés à l'intérieur du périmètre urbain et desservis par les réseaux d'aqueduc et d'égouts» conservent leur droit de construire au-delà du 20 octobre 2016, date d'entrée en vigueur du Règlement de contrôle intérimaire.

L'annonce a été faite dans un court communiqué de presse publié en fin de journée. Le document n'indique pas combien de citoyens sont concernés par ce nouvel assouplissement.

«Lorsque nous avions proposé la norme du 1000 mètres carrés afin de préserver le couvert végétal, nous pensions d'abord aux futurs lotissements. Nous reconnaissons donc des droits acquis, en termes de lotissement, pour les terrains de moins de 1000 mètres carrés», a dit la présidente de la Commission d'environnement intérimaire et mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele.

Miller heureux

La décision a réjoui le maire de Stoneham, Robert Miller, qui était opposé avec véhémence au RCI. «C'est encore un gain à l'avantage des citoyens. On vient d'enlever énormément de stress à ceux que ça concerne et qui ont les deux services [aqueduc et égouts]. On reconnaît enfin ces droits acquis et ces gens ne perdront pas leur patrimoine», a affirmé celui qui estime que cette modification touchera une centaine de lots de sa municipalité.

Ces assouplissements ne mettent cependant pas un terme au combat que prévoit mener Stoneham contre le RCI, assure le maire. «Comprenons bien que ça ne touche que ceux qui ont des terrains dans les zones 1 et 2, soit des terrains à très faible pente dans le périmètre urbain. Chez nous, une bonne partie, peut-être le tiers, du territoire fait partie de la zone 3 où la pente peut aller jusqu'à 25 degrés. Il faut discuter à savoir comment on bâtit dans ces secteurs.»

Après avoir délivré un peu moins de 200 permis de construction en 2015, Stoneham s'attendait à en délivrer plus de 300 cette année en raison de la date butoir du 20 octobre pour l'application du RCI. «Si on s'était assis ensemble, il y en a entre 50 et 70 qu'on n'aurait pas eu à émettre. Les gens se sont précipités sur les permis, car ils craignaient de perdre leurs droits», a poursuivi M. Miller.

La mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, qui, elle, se dit favorable au RCI, était également heureuse des nouveaux assouplissements. «C'est une bonne nouvelle pour les citoyens que ça concerne, car je comprends qu'il va dorénavant y avoir des droits acquis», signale-t-elle.

Eau potable

Mme Brunet répète toutefois qu'il ne faut pas non plus perdre de vue la nécessité de protéger l'eau potable. «Je me bats pour la protection, c'est pour ça que j'ai appuyé le RCI, et la protection nécessite des petits changements au niveau de la construction en montagne», a-t-elle affirmé au Soleil.

Ce règlement de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) vise à protéger la prise d'eau potable de 425 000 citoyens qui consomment l'eau des rivières Saint-Charles et Montmorency.

La CMQ avait voté le 15 mars ce RCI qui interdit entre autres le développement immobilier dans des pentes de 15 degrés et plus à Stoneham, à Lac-Beauport, à Lac-Delage et à Sainte-Brigitte-de-Laval. Il visait aussi à freiner le recours à des fosses septiques, jugées polluantes pour les affluents des rivières du secteur.

Le 21 avril, les élus de la région ont toutefois voté pour qu'il n'entre en vigueur que six mois plus tard. Les propriétaires avaient alors jusqu'au 20 octobre pour demander un permis de construction. Ce report de six mois dans l'application du règlement visait à simplifier les choses, notamment en réduisant le nombre de cas par cas à étudier.

L'échéance du 20 octobre avait toutefois provoqué une ruée sur les permis de construction à Stoneham, à Lac-Beauport, à Sainte-Brigitte-de-Laval et à Lac-Delage. À Sainte-Brigitte par exemple, on avait déjà reçu 842 demandes de permis, 6 de plus que dans toute l'année 2015, du 1er janvier au 6 octobre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer