Étude: la poussière contient nombre de substances chimiques nocives

La poussière qui se trouve dans la plupart des habitations aux États-Unis... (Photothèque La Presse, Ivanoh Demers)

Agrandir

Photothèque La Presse, Ivanoh Demers

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

La poussière qui se trouve dans la plupart des habitations aux États-Unis contient toute une gamme de substances chimiques nocives dont des agents cancérigènes, révèle l'analyse d'une vingtaine d'études, menées dans quatorze États, publiée mercredi.

Ces chercheurs ont notamment identifié dix agents chimiques dangereux pour la santé dans 90% des échantillons de poussière de maison analysés dans ces 26 études, dont le TDCPP, un retardateur de flamme déclaré carcinogène par notamment l'état de Californie en 2011.

Cette substance se trouve fréquemment dans le mobilier, des produits pour bébés et d'autres articles ménagers, précisent les auteurs de cette recherche de la faculté de santé publique de l'université George-Washington. Leur analyse est publiée dans la revue Environmental Science and Technology.

Ces scientifiques ont déterminé que le DEHP, un phtalate qui permet d'augmenter la souplesse des plastiques, était le plus fréquemment présent dans les échantillons de poussière à l'intérieur des habitations.

Les phtalates sont présents dans les cosmétiques, les peintures, les vêtements et les jouets.

Certains sont des perturbateurs endocriniens toxiques pour l'appareil reproducteur mâle chez le rongeur.

Les phtalates sont aussi liés à un large éventail de problèmes de santé, dont un déclin du quotient intellectuel et des difficultés respiratoires chez les enfants.

Viennent ensuite parmi les agents chimiques les plus fréquents dans la poussière des logements les phénols, des substances aromatiques, et les retardateurs de flammes, tous deux toxiques pour l'environnement selon leur dissémination.

Les auteurs ont également trouvé des perfluorés dont le PFOA et le PFOS, utilisés dans plusieurs produits industriels comme les textiles, les boîtes à pizza et les téléphones cellulaires. Ces substances ont été liées à des problèmes des systèmes immunitaire, digestif et endocrinien.

45 molécules

Au total, les scientifiques ont détecté 45 molécules chimiques potentiellement nocives dans ces échantillons qui sont utilisées dans de nombreux produits et objets de la maison comme les sols en vinyle, les cosmétiques, les produits de soins corporels et de nettoyage, l'ameublement et les matériaux de construction.

«Ces résultats suggèrent que les personnes et surtout les enfants sont exposés quotidiennement à de multiples substances chimiques présentes dans la poussière qui pourraient contribuer à de sérieux problèmes de santé», pointe Ami Zota, professeur adjointe de sciences environnementales à l'Université Washington, dans la capitale américaine, l'un des principaux coauteurs de cette recherche.

Ces substances contenues dans des produits de consommation sont libérées dans l'air et se retrouvent dans la poussière.

Même par la peau

Les personnes peuvent inhaler ou ingérer de petites particules de cette poussière voire même les absorber par la peau.

Les nouveau-nés et les jeunes enfants ont le plus de risque d'être exposés à ces substances parce qu'ils jouent à même le sol et mettent souvent leurs mains dans la bouche, relèvent les auteurs.

Selon eux, les résultats de cette étude «sous-estiment probablement l'exposition dans la maison à ces produits chimiques qui se trouvent également dans les rayons des drug stores et même dans la nourriture de la restauration rapide.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer