Nouvelle ligne d'Hydro-Québec: les Innus réclament un examen du BAPE

Vue aérienne du nouveau quartier de la réserve... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Vue aérienne du nouveau quartier de la réserve de Pessamit

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Steeve Paradis</p>
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Pessamit) La communauté innue de Pessamit, sur la Côte-Nord, entend s'opposer vigoureusement au projet d'Hydro-Québec d'une nouvelle ligne électrique vers les États-Unis si jamais le projet ne faisait pas l'objet d'un examen public de la part du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Mais pourquoi diable une communauté nord-côtière s'opposerait-elle au projet d'interconnexion Québec-New Hampshire, qui prévoit une ligne de 80 kilomètres entre l'Estrie et le petit État américain? «Nous entendons faire la démonstration devant le BAPE que dans le cas [de ce] projet, le gouvernement néglige de se conformer à l'esprit de ses propres lois», déclare dans un communiqué René Simon, chef de Pessamit.

Selon le chef Simon, il est anormal que le volet production de l'électricité qui transitera par cette ligne «soit passé sous silence». C'est que, estime Pessamit, l'énergie qui sera expédiée vers le sud par cette éventuelle ligne proviendra de centrales hydroélectriques dites de pointe, conçues pour répondre à une demande de courte durée.

C'est exactement le cas des centrales Bersimis-1 et Bersimis-2, construites sur la rivière Betsiamites entre 1952 et 1956. Or, Pessamit estime que ces centrales ont été «implantées et opérées de façon illégitime sur le Nitassinan (territoire traditionnel)» de la communauté et construites sans étude d'impact, sans l'accord de la bande et sans la moindre compensation à cette dernière.

Le saumon affecté

Le chef rappelle aussi que la rivière Betsiamites, où on enregistrait des captures de 1000 saumons par année dans les années 40, n'a vu que 77 captures en 2013. L'énorme débit nécessaire pour produire les pointes d'énergie dans le réseau n'y serait pas étranger. «Il y a des fluctuations quotidiennes du débit allant à plus de 300 mètres cubes par seconde et ce, deux fois par jour. Ça va de soi que l'habitat du saumon en a mangé un bon coup», ajoute Jack Picard, conseiller spécial au secteur ressources et territoire du conseil de Pessamit.

Le projet d'interconnexion Québec-New Hampshire est évalué à 125 millions $. Si le projet est approuvé, les travaux débuteraient à l'automne 2017 pour une mise en service au printemps 2019. La société d'État a exporté pour plus de 1,6 milliard $ d'électricité aux États-Unis en 2015.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer