Les avions de la SOPFEU de retour de Fort McMurray

Un des avions-citernes de la SOPFEU à l'aéroport... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Un des avions-citernes de la SOPFEU à l'aéroport de Québec, mardi

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les quatre avions-citernes de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) prêtés au gouvernement de l'Alberta sont de retour au Québec après 25 jours d'opération.

Nul besoin de dire que la situation à Fort McMurray, au nord de l'Alberta, a nécessité des ressources extraordinaires. Le Québec, qui a rapidement répondu à l'appel pour combattre «la bête», a envoyé quatre bombardiers d'eau et 44 pompiers en tout et pour tout. Les sapeurs sont revenus il y a quelques jours déjà après deux semaines d'intervention et les avions ont été libérés lundi par le gouvernement albertain. 

«Il y a eu beaucoup de pluie ces derniers jours et ça a aidé beaucoup», a commenté Carl Villeneuve, chef pilote au Service aérien gouvernemental. L'Alberta a donc jugé que les services québécois, qu'elle paie en vertu d'une entente interprovinciale, n'étaient plus requis pour le moment. Selon la SOPFEU, un avion-citerne coûte en moyenne 3700 $ l'heure à opérer.

M. Villeneuve dresse un bilan positif des interventions des quatre appareils. «On a fait deux rotations de pilotes. Une rotation après une dizaine de jours et une autre jeudi dernier. Nos avions volaient entre cinq et huit heures par jour. On peut faire de 40 à 50 décollages par jour par avion.»

Les avions étaient basés à Slave Lake, au sud-ouest de Fort McMurray, et ont pour l'essentiel aidé à maîtriser des foyers d'incendie naissant. M. Villeneuve confirme que son équipe a protégé avec succès le village de Fox Creek, menacé par les flammes. Les pilotes n'ont donc pas combattu le brasier principal à temps plein et ont surtout évité qu'il ne s'en crée un autre.

Toujours prête

La SOPFEU se dit toujours disposée à aider l'Alberta si le besoin se fait sentir dans les prochaines semaines. Mais pour l'instant, l'organisme se concentre sur sa «période critique» que sont les mois de mai et juin. 

«On regarde à protéger notre territoire ici au Québec», a affirmé Marie-Louise Havery, porte-parole à la SOPFEU. Cette dernière rappelle que les plus imposants feux de forêt à avoir frappé la province ces dernières années ont surtout sévi dans ces deux mois.

Le Québec a connu 202 incendies de forêt jusqu'ici cette saison, alors que la moyenne est à 204 à pareille date. La grande différence est la superficie des brasiers. Seuls 113 hectares de forêt ont brûlé en 2016, tandis que la moyenne est de 29 000 hectares. Certaines années, comme 2010 où d'énormes incendies ont frappé dans la région de la Haute-Mauricie, font gonfler la moyenne.

La SOPFEU dispose d'une flotte de 14 avions-citernes. Sept étaient utilisés la semaine dernière en sol québécois.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer