Règlement sur la protection de l'eau potable: la mairesse de Lac-Beauport opposera son veto

La mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, a réitéré... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, a réitéré son intention de s'opposer aux quatre conseillers indépendants dans le dossier du règlement sur la protection de l'eau potable.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La mairesse de Lac-Beauport, Louise Brunet, utilisera son droit de veto lundi soir pour empêcher quatre conseillers indépendants de faire adopter une résolution visant à contester devant les tribunaux le règlement sur la protection de l'eau potable adopté par la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ).

«Absolument», a répondu Mme Brunet quand Le Soleil lui a demandé si elle prévoyait utiliser cette prérogative lors de la séance extraordinaire de lundi pour empêcher le projet de résolution d'être adopté. «Fidèle à moi-même, je ne peux pas accepter ça pour la population. Dépenser autant d'argent, c'est un gaspillage de fonds publics.»

La mairesse s'était prononcée en faveur du règlement de contrôle intérimaire en décembre avant de changer brièvement d'idée il y a deux semaines pour revenir à sa position initiale 24 heures plus tard. Le règlement prévoit qu'à partir du 20 octobre, les constructions seront interdites sur les terrains avec une pente de plus de 15 % ou qui ne sont pas reliés au réseau d'égouts.

«Vous savez, le genre de poursuite que souhaitent intenter les conseillers peut durer bon nombre de mois et d'années et peut coûter très cher», poursuit-elle en indiquant que le veto est l'une des dernières armes qui lui restent, étant minoritaire au conseil.

«C'est triste, mais c'est comme ça. J'ai beau essayer de convaincre les conseillers, ça ne marche pas toujours comme je voudrais», indique celle dont le parti Avenir Lac-Beauport s'est dissout moins d'un an après l'élection municipale de 2013, où il avait raflé tous les sièges.

Autre réunion jeudi... au cas où

Les quatre conseillers dissidents ont toutefois prévu le coup et planifient déjà une autre séance la semaine prochaine au cas où la mairesse userait de son veto. «Je crois qu'il faudra une autre réunion... Si Mme Brunet utilise son veto, nous avons prévu une autre séance extraordinaire jeudi pour adopter la résolution. La mairesse ne peut utiliser son veto deux fois sur une même résolution», explique le conseiller du district 1, Marc Bertrand, déterminé à porter l'affaire devant les tribunaux.

«Contrairement à ce que dit Madame la mairesse, ce n'est pas du gaspillage d'argent. Les conséquences financières et les enjeux de ce règlement, qui empêchera la construction, sont tellement grandes pour nous qu'on ne peut pas dire que c'est jeter de l'argent par la fenêtre», poursuit-il.

M. Bertrand ajoute que les conseillers ont l'appui de la population et de plusieurs municipalités environnantes dans leurs démarches. «Ici, je n'ai pas vu un seul citoyen me dire que nous étions dans le champ! Je ne connais que la mairesse et un conseiller qui soient en faveur de ce règlement. La MRC a contacté nos avocats et elle est en réflexion sérieuse et il y a aussi d'autres municipalités qui ne sont pas touchées par le règlement qui nous appuient car elles considèrent que c'est de l'ingérence de la part du maire de Québec», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer