Léger répit à Fort McMurray

À Fort McMurray, les  incendies faisaient encore rage... (La Presse Canadienne, Ryan Remiorz)

Agrandir

À Fort McMurray, les  incendies faisaient encore rage dimanche. Les autorités estiment avoir à combattre les flammes «dans les mois à venir».

La Presse Canadienne, Ryan Remiorz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Fort McMurray

Avec un peu de pluie et plus de fraîcheur, l'avancée des feux de forêts de la région de Fort McMurray s'est ralentie dimanche et la menace pour les installations pétrolières s'est atténuée, pendant que des milliers d'évacués trouvaient un peu de réconfort grâce à la générosité des Canadiens.

«Le feu a progressé bien plus lentement» que prévu, a souligné dimanche Rachel Notley, première ministre de l'Alberta. Les flammes ont dévoré moins de forêts et de broussailles dans les dernières 24 heures. Dans un dernier bilan, la cellule de crise du gouvernement a estimé à environ 1610 kilomètres carrés les superficies ravagées après une précédente estimation de 2000 km carrés quand les vents attisaient le feu samedi.

En ralentissant, les foyers d'incendie se trouvent encore à 40 km de la frontière avec la province de la Saskatchewan. Mme Notley a assuré travailler avec ses voisins pour les aider dans leurs préparatifs au cas où le feu se rapprochait davantage.

La première ministre se rendra à Fort McMurray lundi afin d'évaluer les dommages causés par l'imposant incendie de forêt.

Mme Notley a déclaré, dimanche, que le brasier était suffisamment stable pour qu'elle puisse visiter la municipalité et entamer la phase suivante de l'opération menée par son gouvernement, soit déterminer l'ampleur des dégâts.

La première ministre a également salué le travail des employés de la société ferroviaire Canadien National (CN), disant que la rapidité avec laquelle ils avaient éloigné du brasier les wagons transportant des substances potentiellement inflammables avait permis d'éviter que la tragédie de Lac-Mégantic ne se répète à Fort McMurray.

Elle a profité de l'occasion pour remercier les habitants de la petite municipalité de l'Estrie, qui ont contribué aux efforts de la Croix-Rouge pour amasser des dons à l'intention des sinistrés albertains, déclarant en français : «Merci pour votre solidarité, nos amis de Lac-Mégantic.»

Enfin, Mme Notley a louangé le travail des services de secours dans l'évacuation massive des quelque 100 000 habitants de la ville et de ses alentours. «C'est miraculeux» que cette évacuation «se soit faite en si peu de temps» et sans victimes à l'exception de deux jeunes femmes tuées dans un accident de la route en fuyant les flammes.

Météo salvatrice

Soulagé et plus souriant, le directeur du service des incendies Chad Morrison a loué la météo. «Grâce à Mère Nature [...] et grâce au travail acharné de tous les pompiers, nous avons pu contenir la plupart des lignes de feu à Fort McMurray.»

Il a ajouté que l'arrivée de températures au-dessous des normales saisonnières aiderait aussi les équipes qui combattent l'incendie depuis une semaine.

M. Morrison a néanmoins minimisé l'impact de la pluie sur le brasier dans l'immédiat.

«À moins que nous recevions 100 millimètres de pluie, nous nous attendons à combattre le feu durant les mois à venir, a dit M. Morrison. Ce n'est pas inhabituel avec un incendie de cette importance.»

Pour ce qui est de la ville de Fort McMurray, il a prédit que la situation serait sous contrôle «dans un mois ou deux».

Sans être levée, la menace du feu s'est atténuée pour les installations des compagnies pétrolières au nord de la ville, M. Morrison parlant de «dégâts mineurs» pour le site de Nexen, filiale du pétrolier chinois CNOOC. Les flammes ont également pu être maintenues aux abords des sites d'exploitation de Suncor, comme ceux de Syncrude, Husky, Shell ou ConocoPhillips pour lesquels la production est arrêtée ou ralentie.

Les 500 pompiers déployés à Fort McMurray - sur les 1400 qui combattent la quarantaine de feux dans la province - s'attachent surtout à préserver les structures vitales (télécommunications, électricité, gaz, eau...), les écoles et les exploitations des sables pétrolifères, a expliqué M. Morrison.

Fête des Mères

Dimanche pour la fête des Mères, les centres d'hébergement ont réservé quelques surprises aux mamans, distribuant fleurs et petits gâteaux.

«C'est la fête des Mères et elles ont besoin d'être honorées quoiqu'il arrive», a dit Laura Pereira, pompier de Fort McMurray, à l'initiative de l'opération.

«J'espère dans toute cette crise passer quelques minutes avec mes enfants», a déclaré Mme Notley avant de fondre en larmes, visiblement épuisée par les longues journées à communiquer et coordonner les secours.

Dernière inquiétude pour le Canada, l'économie et son secteur pétrolier qui avec plusieurs sites d'exploitation fermés va enregistrer une chute de sa production, maintenant estimée par les experts entre 1 et 1,5 million de barils par jour, soit environ un quart de toute la production canadienne.

Une fête douce-amère pour les mères sinistrées

Avec un peu de pluie et plus de fraîcheur, l'avancée des... (AFP, Cole Burston) - image 4.0

Agrandir

AFP, Cole Burston

Un gars costaud a bondi de son siège en proférant un juron dimanche dans un centre d'évacuation des sinistrés des feux de Fort McMurray avant d'aller quémander quelques marguerites à une secouriste en train d'en distribuer aux mamans.

«C'est la fête des Mères et elles ont besoin d'être honorées quoiqu'il arrive», explique Laura Pereira, qui a pour l'occasion abandonné son équipe de pompiers dans la ville de l'Alberta dévastée par les feux démarrés il y a tout juste une semaine.

«Je sais que c'est une fête des Mères douce-amère pour toutes les mamans de l'Alberta, alors que vous n'êtes pas à la maison», a publié la première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, sur son compte Twitter. Dans les centres d'accueil des évacués, les volontaires ont improvisé une surprise pour les mamans et leurs enfants souvent attristés d'avoir dû partir si précipitamment sans avoir pu emporter les dessins ou d'autres petits cadeaux préparés à l'école.

À Lac-La Biche, environ 300 kilomètres au sud de Fort McMurray, de simples gestes comme offrir des fleurs ou des mini-gâteaux ont dessiné, l'espace d'un instant, un sourire sur des visages fatigués et angoissés.

«Cette fête des Mères a été très différente et plus difficile parce que nous ne sommes pas à la maison», confie à l'AFP Simonette Agarin. Sean, son fils de huit ans, est un peu triste : il avait prévu offrir une carte à sa maman mais il a dû partir de toute urgence de son école quand l'ordre d'évacuation a été donné en début de semaine.

La Russie offre son aide

Au moins 27 avions-citernes et 15 hélicoptères participent... (La Presse Canadienne) - image 6.0

Agrandir

Au moins 27 avions-citernes et 15 hélicoptères participent à la lutte contre le brasier, qui a forcé les quelque 80 000 habitants de Fort McMurray à fuir la ville.

La Presse Canadienne

Le gouvernement de Justin Trudeau n'a pas encore répondu à la proposition de la Russie de déployer des bombardiers à eau et des spécialistes de la lutte contre les incendies afin de prêter main-forte aux pompiers qui combattent le brasier à Fort McMurray, en Alberta. L'offre a été faite la semaine dernière par Vladimir Pouchkov, le ministre russe des Situations d'urgence. Un porte-parole de l'ambassade de Russie à Ottawa, Kirill Kalinin, a déclaré, dimanche, que les Russes étaient toujours prêts à aider les Canadiens à lutter contre les incendies de forêt qui font présentement rage en Alberta. La proposition implique l'envoi d'avions pouvant déverser 42 tonnes de produit retardateur de flammes sur le brasier. De plus, Moscou a affirmé qu'elle avait des secouristes et des experts dotés de l'équipement nécessaire qui pouvaient donner un coup de main aux équipes sur le terrain, si le besoin s'en faisait sentir. 

Des amis des bêtes se démènent pour sauver les animaux

Des bénévoles transportent des cages pour les animaux... (La Presse Canadienne) - image 8.0

Agrandir

Des bénévoles transportent des cages pour les animaux de compagnie des évacués de Fort McMurray dans un refuge à Lac la Biche.

La Presse Canadienne

Des passionnés des animaux ont annoncé, dimanche, qu'ils étaient déterminés à poursuivre leur opération de sauvetage visant à rescaper les bêtes que les résidants de Fort McMurray, en Alberta, ont été contraints de laisser derrière eux lors de l'évacuation de la ville, et ce, même si les autorités les ont déjà chassés de la municipalité à deux reprises.

Ils ont confié avoir reçu des milliers de courriels de la part d'évacués leur demandant d'aller récupérer leurs animaux.

Sam Sansalone, un habitant du sud de l'Alberta jouant un rôle important au sein du groupe Facebook chargé de coordonner les interventions, a déclaré que 230 bêtes avaient été sauvées mercredi et jeudi grâce aux efforts de ses camarades.

Il a toutefois ajouté que les forces de l'ordre les avaient expulsés de la ville jeudi et vendredi.

Les autorités ont informé les activistes que la municipalité régionale de Wood Buffalo était responsable du sauvetage des animaux et qu'il y avait un risque que les personnes travaillant de manière indépendante ne prennent le bien-être des bêtes comme prétexte pour piller les résidences abandonnées.

M. Sansalone a affirmé qu'il comprenait cette préoccupation, mais il a soutenu que les ressources officielles étaient trop modestes et que les civils devraient pouvoir prendre part aux efforts.

«C'est le charnier»

En outre, l'opération de Wood Buffalo ne s'est amorcée que samedi et Sam Sansalone a dit craindre que les secours soient arrivés trop tard pour bien des animaux.

«Dans les sous-sols et les cages, c'est le charnier», a-t-il commenté.

Le groupe a maintenant décidé de collaborer avec les autorités locales et il espère discuter avec la Gendarmerie royale du Canada afin d'obtenir la permission de participer aux interventions.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a signalé, dimanche, qu'il n'était pas sécuritaire pour les personnes autres que les secouristes d'entrer à Fort McMurray et que le personnel d'urgence venait déjà en aide aux bêtes coincées dans la ville.

Elle a précisé que les premiers répondants donnaient de l'eau et de la nourriture aux animaux que les évacués n'avaient pas eu le temps d'emmener avec eux et que la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) tentait d'en rescaper le plus possible.

M. Notley a révélé que la SCPA demandait aux propriétaires d'enregistrer leurs bêtes en ligne afin de donner officiellement la permission aux secouristes de pénétrer à l'intérieur de leur maison.  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer