Le ministre Heurtel s'emmure dans le silence

Depuis deux jours, David Heurtel refuse de répondre... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Depuis deux jours, David Heurtel refuse de répondre aux questions des journalistes sur le dossier Énergie Est. Le ministre de l'Environnement évite également de tenir une mêlée de presse.

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le ministre du Développement durable, David Heurtel, refuse de dire si le Québec aura selon lui le pouvoir de modifier le projet Énergie Est s'il ne répond pas aux exigences de la loi québécoise.

Vendredi dernier, le ministre Heurtel s'est réjoui dans un communiqué que l'entreprise TransCanada ait finalement accepté de se «soumettre» à la Loi sur la qualité de l'environnement du Québec (LQE). Cela permettrait de soutenir «la décision du gouvernement quant au projet sur son territoire», écrivait le ministre. 

Or, dans l'avis de projet transmis à Québec, l'entreprise derrière le projet d'oléoduc de 4600 kilomètres précise qu'elle dépose des documents «de manière volontaire» et «sous réserve de l'opinion qu'Énergie Est pourrait avoir au sujet de l'application des lois provinciales au projet», tel que l'a écrit La Presse. TransCanada ne semble pas reconnaître quelque assujettissement que ce soit à la LQE.

Depuis deux jours, le ministre de l'Environnement refuse de répondre aux questions des journalistes sur le sujet. M. Heurtel ignore toutes les demandes de tenir une mêlée de presse. 

«L'impression que nous avons actuellement, c'est que le ministre tente de se cacher», a déploré le porte-parole péquiste en environnement, Mathieu Traversy. «On a l'impression que le ministre a une attitude complaisante envers la pétrolière et qu'il est très facilitateur dans sa démarche. Ce qu'on veut se faire dire par le ministre, c'est qu'à la fin du processus, il faut qu'il aille le dernier mot.»

Divers constitutionnalistes ont déjà exprimé l'opinion que, bien que le projet relève clairement de la compétence du gouvernement fédéral et de son Office national de l'énergie, les lois provinciales pourraient «affecter» le projet. 

Le Parti québécois dénonce que le gouvernement ait refusé d'appuyer une motion qui affirmait que «l'approbation définitive» du projet est la responsabilité du Québec. 

L'oléoduc doit permettre d'acheminer le pétrole brut de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Dakota du Nord vers les marchés internationaux à partir du Nouveau-Brunswick.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer