Construction à Stoneham et Lac-Beauport: Caire somme Coiteux de prendre son temps

Le principal point du Règlement pour la protection... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Le principal point du Règlement pour la protection des sources d'eau des rivières Saint-Charles et Montmorency interdira la construction dans les montagnes aux pentes de 15 % de dénivellation et plus à Stoneham (photo), à Lac-Beauport, à Lac-Delage et à Sainte-Brigitte-de-Laval.

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On connaîtra jeudi les assouplissements apportés au règlement freinant les constructions dans la couronne nord de Québec. Mais déjà, le député caquiste, Éric Caire, somme le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, de prendre son temps avant de donner son feu vert au règlement adopté le 15 mars par la Communauté métropolitaine de Québec.

Trop de gens de Stoneham, de Lac-Beauport, de Lac-Delage et de Sainte-Brigitte-de-Laval risquent d'écoper d'une «adoption précipitée», estime le député de La Peltrie.

«Je ne remets pas en question la légitimité du règlement ou la volonté de la Ville de Québec de protéger sa principale source d'eau potable. Cependant, comme plusieurs, je m'interroge sur les efforts réellement déployés par le gouvernement pour atténuer les conséquences dans la couronne nord de Québec», écrit M. Caire dans une lettre dont Le Soleil a obtenu copie.

L'élu de la Coalition avenir Québec propose au ministre Coiteux de rencontrer les élus des villes touchées par le nouveau règlement avant de l'entériner. Ce règlement de la CMQ prévoit notamment l'interdiction de construire dans une pente de 15 degrés et plus. Il obligera aussi que les résidences soient raccordées au réseau d'égout.

M. Caire craint particulièrement que le règlement ne vienne freiner des projets d'agrandissement ou d'installation d'une piscine, par exemple.

«On ne veut pas que le règlement ne vienne polluer la vie des gens», a expliqué M. Caire en entrevue au Soleil. Le député dit voir sur le terrain beaucoup d'élus et de citoyens des municipalités touchées inquiets des conséquences du règlement. Même, martèle-t-il, s'il est d'accord pour protéger les sources d'eau dans le bassin versant de la rivière et du lac Saint-Charles.

«On devrait prendre le temps de trouver une solution à la satisfaction de tout le monde. Le ministre devra s'asseoir. À mes yeux, la consultation devrait avoir préséance sur la précipitation», dit-il.

Les assouplissements au Règlement de contrôle intérimaire seront présentés et votés lors d'une séance spéciale du conseil de la CMQ jeudi à 13h15.

Quant au règlement dans sa première mouture, il est analysé par le ministère des Affaires municipales pour une période de 60 jours amorcée le 15 mars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer