Le ramassage gratuit incite les entreprises à recycler

Pour les entrepries, il en coûte 18 fois... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Pour les entrepries, il en coûte 18 fois moins cher de recycler que de jeter au ordures, constate le conseiller municipal Steeve Verret.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le fait que la Ville de Québec ramasse gratuitement depuis un an les matières recyclables des industries, des commerces et des institutions de la capitale en a incité plusieurs à se mettre au recyclage. Une initiative qui est applaudie par l'organisme Recyc-Québec.

«Ça fait un an que nous avons pris ce virage : les entreprises n'ont que leur bac à payer et nous faisons le ramassage gratuitement. Auparavant, nous imposions un coût aux industries, commerces et institutions pour effectuer la cueillette», a indiqué mardi le conseiller municipal responsable du dossier environnement à la Ville de Québec, Steeve Verret, en marge de la remise des attestations de performance du programme «Ici, on recycle!».

Depuis un an, 5000 entreprises, commerces et institutions de Québec ont adhéré à la collecte gratuite des matières recyclables et leur nombre grandit de mois en mois. Une personne est d'ailleurs chargée de les rencontrer pour leur expliquer le programme et la façon de procéder pour y adhérer.

«C'est une réussite, une réussite qui continue de progresser. Nous avons 1700 inscriptions au programme, mais elles représentent beaucoup plus d'entreprises. Par exemple, les Galeries de la Capitale, à elles seules, en représentent 350. Pour elles maintenant, il en coûte 18 fois moins cher de recycler que de jeter aux ordures, car celles-ci sont facturées au poids», poursuit M. Verret.

Facture

La majorité des villes du Québec n'ont pas encore adopté le principe de la gratuité pour la collecte des matières recyclables des secteurs industriel, commercial et institutionnel. À Montréal, par exemple, une facture est encore envoyée aux entreprises qui souhaitent participer à la collecte.

Le pdg de Recyc-Québec, Dany Michaud, n'avait d'ailleurs que de bons mots pour l'initiative de la capitale. «Le recyclage gratuit, c'est évident que c'est quelque chose qu'on aimerait voir répété ailleurs. On le voit que quand ça se fait sans facture, c'est un grand incitatif», a-t-il expliqué.

Les neuf entreprises ayant reçu une attestation avaient d'excellents taux de mise en valeur variant entre 71,59 % jusqu'à 99,24 %, dans le cas de la MRC de Charlevoix. Des chiffres que M. Michaud a qualifiés d'impressionnants. «En haut de 99 %, on ne voit pas ça souvent et c'est très proche du 100 %. À Québec, il y a de bonnes idées, de bonnes initiatives», a-t-il commenté.

Matières compostables

Pendant ce temps, la Ville de Québec continue à analyser les solutions qui pourraient lui permettre d'ajouter les matières compostables à la collecte sans nécessiter un troisième bac, dont l'implantation coûterait 5 millions $ de plus sans compter les camions additionnels nécessaires.

«Notre appel d'intérêt est complété et nous avons des propositions de trois entreprises, dont l'entreprise française 3Wayste. Il faut maintenant les analyser pour faire un choix en septembre», conclut Steeve Verret.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer