Sacs de plastique: les retraités de l'éducation interpellent Labeaume et Lehouillier

L'Association des retraités de l'éducation du Québec (AREQ) demande aux maires... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) L'Association des retraités de l'éducation du Québec (AREQ) demande aux maires de Québec et de Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, de revoir leur position concernant les sacs de plastique à usage unique et de les interdire sur leur territoire.

L'AREQ a pris cette position mardi à l'occasion de son conseil national au Centre des congrès de Lévis. «Les sacs à usage unique sont un véritable fléau : leur durée d'utilisation est de quelques minutes, mais leur durée de vie dans la nature peut atteindre 400 ans!» a déclaré la deuxième vice-présidente et responsable politique du dossier de l'environnement et du développement durable, Claire Bélanger.

La prise de position de l'AREQ s'inscrit dans une continuité pour l'organisme qui représente 57 000 retraités du Québec. Le comité environnement de l'Association travaille sur des dossiers environnementaux, notamment les bouteilles d'eau et les contenants de plastique, depuis plusieurs années.

«On estime qu'il y a actuellement 150 millions de tonnes de déchets de plastique dans les océans et que d'ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans ces étendues d'eau. Si on attend que les choses changent par elles-mêmes ou par l'intervention du Saint-Esprit, on ne s'en sortira jamais!» illustre Mme Bélanger.

Message clair

La vice-présidente aimerait voir MM. Labeaume et Lehouillier, qui se sont déjà prononcés contre l'interdiction des sacs de plastique, changer leur fusil d'épaule pour envoyer un message clair aux autres municipalités et au gouvernement du Québec.

«Amqui, Huntingdon et Deux-Montagnes ont déjà interdit les sacs de plastique, Montréal et Brossard le feront bientôt. Il faudrait que d'autres décideurs suivent le mouvement. Les maires de Québec et Lévis ont déjà répondu respectivement par la bouche de leur responsable des communications et celle d'un conseiller municipal. On aimerait maintenant entendre leur position de leur propre voix», poursuit Mme Bélanger.

Même si plusieurs entreprises de recyclage se sont prononcées contre l'interdiction des sacs de plastique, Claire Bélanger ne cache pas qu'elle ne croit pas au recyclage de ces sacs. «On n'arrivera jamais à se défaire de ce fléau par le recyclage. Et en plus, il faut penser à l'énergie qu'il faut pour les transporter.»

Elle ne s'inquiète pas non plus du fait que plusieurs pays et territoires ayant interdit les sacs de plastique peinent à faire respecter leur législation. «S'il y a des endroits où ça n'a pas marché, nous, on veut réussir», a conclu la vice-présidente de l'AREQ, ajoutant que l'organisme tiendrait en novembre une journée sans sac de plastique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer