Protection du lac Saint-Charles: frein à la construction dans les montagnes

Le règlement sur la protection des sources d'eau... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le règlement sur la protection des sources d'eau potable interdira toute construction dans les pentes avec 15 % de dénivelé et plus. Régis Labeaume, aussi président de la CMQ, a annoncé mardi cette règle, la principale du Règlement de contrôle intérimaire pour la protection des sources d'eau potable dans les bassins versants des prises d'eau des rivières Saint-Charles et Montmorency.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Oubliez les nouvelles maisons à flanc de montagne à Stoneham, à Lac-Beauport, à Lac-Delage et à Sainte-Brigitte-de-Laval. Le règlement sur la protection des sources d'eau potable interdira toute construction dans les pentes avec 15 % de dénivelé et plus.

«C'est fini, de défaire des montagnes. C'est une condition sine qua non», a lancé le maire de Québec, Régis Labeaume.

Celui qui est aussi président de la CMQ a annoncé mardi cette règle, la principale du Règlement de contrôle intérimaire pour la protection des sources d'eau potable dans les bassins versants des prises d'eau des rivières Saint-Charles et Montmorency.

Un projet de règlement «sévère et très serré», dont l'objectif est d'éviter les dommages causés par les constructions, le déboisement et, surtout, le ruissellement des installations septiques dans les sources d'eau.

Il a toutefois été impossible, mardi, de chiffrer combien de maisons ne seront pas construites en raison de ce règlement. Ni le nombre de projets d'ensemble résidentiels prévus. 

Les élus membres de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) avaient adopté un moratoire de trois mois le 17 décembre en prévision de l'élaboration de ce règlement visant à améliorer la santé du lac Saint-Charles, principale source d'eau potable pour 400 000 citoyens de Québec. Une Commission d'environnement intérimaire composée d'élus de la CMQ et présidée par la mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele, avait été mise sur pied pour concevoir le règlement.

Bye bye fosses septiques

En plus de stopper toute nouvelle construction dans les montagnes, le règlement, qui sera voté au conseil de la CMQ du 15 mars, exigera aussi aux maisons neuves d'être raccordées aux égouts et à l'aqueduc municipal. 

Certaines exceptions seront permises, mais les projets devront être étudiés au cas par cas. «Il y a encore du potentiel pour développer, mais il faudra que ça se fasse de façon structurée», a dit le coordonnateur du plan de protection des sources d'eau, François Morneau. 

C'est notamment le cas des fosses septiques, qui pourraient être exceptionnellement tolérées à condition que le terrain où est construite la maison soit suffisamment grand pour pouvoir remplacer l'installation sanitaire par une autre dans 20 ou 25 ans. 

Traiter «humainement»

La CMQ a aussi prévu un mécanisme d'appel dont pourront bénéficier les promoteurs mécontents de voir leur projet de développement immobilier freiné par ce règlement de contrôle. «On va traiter ça humainement, toujours en se protégeant», a rappelé Régis Labeaume tout en se disant convaincu qu'il y aura moyen de discuter avec les entrepreneurs. «Il y aura moyen de tricoter des projets», a-t-il illustré.

«Nous ne sommes pas des ogres», a ajouté M. Labeaume. «Si des familles ont déjà acheté un terrain, on n'est pas fous, on ne les mettra pas à la rue.» 

S'il est adopté au conseil de la CMQ du 15 mars, ce qui devrait être une formalité, le règlement sera soumis au ministère des Affaires municipales qui aura 60 jours pour l'accepter ou non. Ces nouvelles règles encadrant la construction deviendront alors permanentes.

Rencontres d'information

Le règlement de contrôle intérimaire sera présenté en rencontres d'Informations à la population : 

- Saint-Brigitte-de-Laval Mercredi 9 mars, 19h Église du 1, rue du Couvent

- Lac-Beauport Jeudi 10 mars, 19h École Montagnac, 570, chemin du Tour-du-Lac

- Lac-Delage Samedi 12 mars, 9h30 Manoir du Lac-Delage, 40, avenue du Lac 

- Stoneham-et-Tewkesbury Samedi 12 mars, 13h Gymnase de l'école Harfang-des-Neige, 114, 1re Avenue

Un comité plénier télévisé en direct à 17h se tiendra aussi le 14 mars à l'hôtel de ville de Québec.

Pas 100 millions$, finalement...

Après avoir dit le mois dernier que le raccordement des fosses septiques de Stoneham et de Lac-Delage pourrait coûter jusqu'à 100 millions $, Régis Labeaume a tenu un autre discours mardi. «La solution facile, c'était de tout raccorder pour 100 millions $. C'était la solution la plus simple à court terme», a dit le maire de Québec et président de la CMQ. Le 2 février, il avait évoqué que les gens de Québec pourraient avoir à payer pour la «merde» de leurs polluants voisins du nord. Or il semble que la solution étudiée présentement serait plutôt d'investir dans les usines des aux usées de Lac-Delage et de Stoneham. «À l'ingénierie, à la Ville, on essaye de trouver les solutions difficiles qui coûtent moins cher», a-t-il dit. Son administration explore aussi des possibilités de financement par des programmes provinciaux et fédéraux. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer