Constructions près du lac Saint-Charles: règlement final prévu le 15 mars

Le lac Saint-Charles... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Le lac Saint-Charles

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) On connaîtra le 15 mars la teneur du règlement qui encadrera ou interdira toute construction dans le bassin versant du lac Saint-Charles et de ses affluents.

La séance du conseil de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) se tiendra en effet le 

15 mars, soit à deux jours près de la limite de trois mois imposée lors du vote pour un moratoire sur la construction, le 17 décembre.

À ce moment, une majorité d'élus membres de la CMQ avaient voté en faveur de l'arrêt d'émission de tous nouveaux permis de construction dans les bassins versants des prises d'eau des rivières Saint-Charles et Montmorency.

Une commission intérimaire composée de plusieurs élus et présidée par la mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele, a reçu le mandat d'analyser les projets immobiliers et d'élaborer le projet de règlement de contrôle intérimaire qui sera présenté le 15 mars.

«On s'était donné 90 jours pour élaborer le règlement», a dit lundi  après-midi le porte-parole de la CMQ, Benoît Massicotte.

Par la suite, le ministère de l'Environnement aura 60 jours pour étudier le règlement et se prononcer, période pendant laquelle le moratoire voté le 17 décembre tiendra toujours.

La question des prises d'eau et la santé du lac Saint-Charles préoccupent les élus, le maire Labeaume en tête, car il s'agit de la principale source d'eau potable pour 400 000 citoyens de Québec.

Quant à la commission, elle continuera à siéger pendant un an pour «participer à l'analyse du développement dans les bassins versants des prises d'eau installées dans la rivière Saint-Charles et dans la rivière Montmorency», a rappelé Mme Daniele. En entrevue au Soleil lundi, elle souligne que le travail progresse rondement en prévision du 15 mars. «On a une très belle équipe, une belle synergie. On avance», a dit la mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval à la tête du comité qui compte sept autres élus issus de la Ville de Québec, mais aussi la préfète de la MRC de La Jacques-Cartier, Louise Brunet, et celle de La Côte-de-Beaupré, Parise Cormier.

Grogne des promoteurs et des élus

Or, ce moratoire et le règlement qui en découlera sont loin de faire l'unanimité dans les municipalités au nord de Québec. Ces derniers jours, des promoteurs immobiliers ont fait part de critiques dans des mémoires déposés à la CMQ en prévision de l'élaboration du règlement permanent.

Parmi eux, Dany Morency, copropriétaire de l'entreprise Aube 260 qui possède des terrains à Stoneham, a laissé entendre que le maire de Québec «utilise son pouvoir» de président de la CMQ pour «bloquer» les nouveaux développements «au profit de la capitale».

Quelques jours plus tôt, un autre promoteur, Développements Robko, avait pour sa part invoqué que les constructions neuves sont soumises à des normes écolos strictes.

Certains élus municipaux sont aussi réfractaires au projet de règlement. Régis Labeaume a décidé de leur expliquer sa position. Des rencontres ont déjà eu lieu à Stoneham et Sainte-Brigitte-de-Laval. Le conseil de Lac-Beauport recevra M. Labeaume jeudi et celui de Lac-Delage, le 8 mars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer