Le modèle Beauceville pour affronter les inondations

De passage samedi à Beauceville, le ministre de... (Le Soleil, Caroline Grégoire­­)

Agrandir

De passage samedi à Beauceville, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, s'est dit épaté par le travail des Beaucerons dans les heures qui ont suivi les inondations.

Le Soleil, Caroline Grégoire­­

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Beauceville) Les inondations sont chose commune à Beauceville. Si commune que les humeurs de la rivière Chaudière font partie de la «culture» depuis des générations. Résultat: un peu plus de 24 heures après le coup d'eau survenu dans la nuit de jeudi à vendredi, la quasi-totalité du centre-ville était déjà fonctionnelle.

L'équipe du garage de Martin Carrier est «rodée»... (Le Soleil, Caroline Grégoire­­) - image 1.0

Agrandir

L'équipe du garage de Martin Carrier est «rodée» en matière d'inondations. Certains de ses employés cumulent plus de 25 années d'expérience. «Tout le monde savait quoi faire, où aller», indique-t-il.

Le Soleil, Caroline Grégoire­­

Le ministre de la Sécurité publique et des Affaires municipales, Martin Coiteux, était épaté par le travail déployé par les Beaucerons dans les heures suivant un important débordement arrivé soudainement en pleine nuit, au mois de février de surcroît.

«C'est une communauté qui s'est prise en main très rapidement. Visiblement, on a affaire à des gens qui sont très bien organisés», a-t-il dit au terme d'une visite de la municipalité beauceronne pour constater les dégâts, samedi matin.

Suffit de visiter quelques commerçants inondés pour en apprendre sur ce savoir-faire développé à Beauceville.

Martin Carrier détient un garage et une essencerie sur le boulevard Renault, parallèle à la rivière Chaudière, depuis 32 ans. Ce dernier a su vers minuit que l'eau montait dangereusement et menaçait son commerce. Informé de la situation par un employé qui est aussi pompier, il a aussitôt «lancé la patente», soit ses propres mesures d'urgence établies d'inondation en inondation.

«Mon équipe ici, j'ai des employés de 25 ans d'expérience, d'autres d'une douzaine d'années. Quand je les ai appelés, tout le monde savait quoi faire, où aller. On est rodé», a-t-il expliqué lorsque rencontré par Le Soleil samedi midi.

Même si l'eau avait envahi ses locaux «d'une trentaine de pouces», M. Carrier estime entre 1500 $ et 2000 $ les dommages subis. La prévention n'a pas nui afin de diminuer la facture, a-t-il dit. «On protège nos affaires. Tout mon matériel d'été n'est pas arrivé. Il arrive toujours à la fin avril exprès pour les débâcles.»

Bien qu'il estime avoir vécu pareille situation «une vingtaine de fois» depuis qu'il est propriétaire du garage, le garagiste n'a pas l'intention de bouger d'où il est, l'endroit étant stratégique. Le jeu en vaut la chandelle, croit-il, même s'il devait fermer son poste d'essence jusqu'à lundi. «On fait avec!»

Sa voisine et copropriétaire d'un dépanneur inondé, Céline Veilleux, n'a pour sa part subi aucune perte après l'inondation survenue 24 heures auparavant. À la tête du commerce avec sa fille depuis sept ans, elle dit avoir appris des précédentes inondations, dont celle de 2014.

«On le sait qu'on est dans une zone inondable! Tu ne peux pas déménager, car le centre-ville est sur le bord de la rivière. Il faut que tu t'organises en conséquence. Le commerce est dans le centre-ville, le centre-ville est sur le bord de la rivière et le commerce doit rester dans le centre-ville», a-t-elle affirmé depuis l'arrière du comptoir du dépanneur, déjà ouvert samedi.

Alertes SMS

Mme Veilleux a dû essuyer des pertes dans le passé. En 2014, après une inondation printanière, elle s'est dotée d'un système d'alerte SMS branchée au système de surveillance mis sur pied par la Ville de Beauceville. Elle a été avertie directement sur son cellulaire, tard jeudi, que le niveau de la Chaudière montait rapidement.

Toutes ses installations ont été pensées pour faire face aux inondations. Les étagères du dépanneur sont sur des roulettes, permettant à Mme Veilleux et sa fille de les déplacer efficacement dans le club vidéo, situé dans une section plus élevée du bâtiment par rapport au sol. Elle a aussi fait installer un système de pompage et, il y a peine deux semaines, un plancher expressément conçu pour résister aux coups d'eau. «Il a tenu!», s'est-elle réjouie.

Félix Nunez, directeur général de la Ville de Beauceville, confirme que la majorité des commerçants et des résidents habitant les zones inondables ont appris du passé. «Il y a 100 ans, les gens au centre-ville étaient habitués à se prendre en main. Ils étaient habitués à vivre avec les débâcles», a-t-il souligné.

Pour lui, Mme Veilleux et M. Carrier sont des exemples de cet apprentissage. «Ils n'attendent pas après une autre instance qu'eux-mêmes pour agir, sachant très bien que ça va arriver. Ce sont des gens qui sont très rapides à réagir et, ça, ça change tout.»

Samedi soir, la rivière Chaudière était toujours sous... (Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 2.0

Agrandir

Samedi soir, la rivière Chaudière était toujours sous surveillance à Beauceville. L'embâcle n'ayant pas bougé, il est possible que d'autres inondations surviennent dans les prochaines semaines.

Le Soleil, Caroline Grégoire

Une équipe chevronnée

Au-delà des protocoles, des plans et des mesures de toutes sortes, il y a le flair d'une équipe chevronnée qui en a vu d'autres à la Ville de Beauceville pour prévenir les catastrophes.

Joint samedi après 36 heures de gestion de crise, Félix Nunez, directeur général de la municipalité, a pris le temps de raconter un bon coup que son équipe a réalisé jeudi après-midi.

À ce moment, en pleine journée de redoux, le niveau de la rivière Chaudière n'avait pas encore atteint le seuil de surveillance, ce qui déclenche normalement les mesures d'urgence. Mais voyant l'eau monter peu à peu, M. Nunez a pris une décision par instinct : celle de vider le parc de l'île Ronde, situé au centre de la Chaudière et reliée à la rive nord-est par une passerelle. Une action normalement prise qu'en mars ou avril, lors des crues printanières, ou une fois que le protocole est enclenché.

«Une chance qu'on l'a fait», a-t-il dit, soulagé. Il a rappelé que le coup d'eau était survenu en «à peine une heure et demie». «Ça a monté trop rapidement. Le niveau [de surveillance] n'a pas été atteint avant 23h» Si le parc avait été ouvert, il aurait fallu que des employés le vident à la hâte «à la noirceur», et ce, alors que les glaces peuvent couvrir l'île à tout moment.

La passerelle a donc été levée et tout le matériel évacué avant la montée des eaux. «On ne voyait plus l'île» une fois la Chaudière sortie de son lit. «On apprend toujours. Maintenant, ça va toujours se faire de jour», a affirmé M. Nunez.

La rivière était toujours sous surveillance à Beauceville, samedi soir. L'embâcle de sept kilomètres n'a pas bougé beaucoup non plus. Selon Félix Nunez, il n'est pas exclu que de nouvelles inondations surviennent dans les prochaines semaines. «On ne peut qu'espérer que le couvert de glace fonde au soleil.»

En attendant, les autorités et les citoyens sont aux aguets.

Coiteux promet de l'aide financière

Beauceville et cinq autres municipalités frappées par des sinistres dans les derniers jours auront droit à une aide financière du gouvernement du Québec dont le montant reste à déterminer, a annoncé le ministre Martin Coiteux samedi.

Le titulaire des Affaires municipales et de la Sécurité publique est allé faire son tour à Beauceville samedi matin pour prendre acte des conséquences des inondations survenues dans la nuit de jeudi à vendredi. Le débordement de la rivière Chaudière y a forcé l'évacuation de 200 personnes et causé des dégâts sur certaines propriétés.

En point de presse au centre de coordination de la Ville de Beauceville, il a confirmé que le provincial fournirait une aide à la municipalité beauceronne, mais aussi à Compton, à Saint-Ludger, à Sainte-Cécile-de-Milton, à Waterville et à Wickham. Une rencontre aura lieu lundi soir à 16h30 dans le cas de Beauceville. Des représentants de la Sécurité civile y seront pour expliquer aux commerçants et aux citoyens les modalités du programme.

À Beauceville, la majorité des 200 citoyens évacués avaient pu regagner leur domicile vendredi soir ou samedi, a indiqué la direction générale de la Ville.

Partager

À lire aussi

  • 7 kilomètres de glace sur Beauceville

    Environnement

    7 kilomètres de glace sur Beauceville

    Une heure, c'est tout le temps dont a eu besoin la rivière Chaudière, dans la nuit de jeudi à vendredi, pour sortir de son lit et inonder une partie... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer