70 000 litres d'acide dans le sol dans un forage de Pétrolia

Pétrolia a injecté de l'acide chlorhydrique et de... (Collaboration spéciale Geneviève Gélinas)

Agrandir

Pétrolia a injecté de l'acide chlorhydrique et de l'azote liquide pour «nettoyer» le forage Haldimand n° 4 avant les Fêtes.

Collaboration spéciale Geneviève Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Geneviève Gélinas</p>
Geneviève Gélinas

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Gaspé) La Ville de Gaspé est très préoccupée par l'injection récente de 70 000 litres d'acide chlorhydrique dans un forage de Pétrolia, sans qu'une autorisation du ministère de l'Environnement ne soit nécessaire, alors que le puits est situé à 350 mètres de maisons et à 150 mètres d'un cours d'eau qui se jette dans une rivière à saumon. Il s'agit d'une des nombreuses anomalies soulevées dans un mémoire mordant expédié par la Municipalité au comité de l'Évaluation environnementale stratégique (EES) sur les hydrocarbures.

L'injection d'acide fait partie de travaux de nettoyage d'Haldimand n° 4, menés du 18 novembre au 20 décembre 2015, au cours desquels de l'azote a aussi été utilisé.

Le centre-ville de Gaspé et 300 résidences qui puisent leur eau à même des puits se trouvent dans un rayon de deux kilomètres du forage, souligne le conseil municipal.

Le maire Daniel Côté dénonce le système «deux poids, deux mesures» accordé à l'industrie des hydrocarbures par rapport aux autres industries.

Le ministère de l'Environnement exige un certificat d'autorisation pour un salon de coiffure lié à une installation septique, mais pas pour un forage pétrolier ou gazier, fait remarquer la Ville dans son mémoire.

Le BAPE absent

Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) est mis dans le coup pour un parc éolien de 10 mégawatts, mais pas pour un forage. «C'est quoi, le plus risqué : un parc éolien ou un forage d'hydrocarbures?» lance le maire.

Une étude sur les risques pour la santé publique, préparée pour l'EES, a soulevé «encore plus d'inquiétude» à la Ville, dit le maire. Les élus se demandent quelles mesures seront prises pour éviter une éventuelle contamination par les gaz brûlés par la torchère et l'entreposage de résidus de forage. Ils remettent en question l'effet des forages sur le taux de radon, déjà élevé en Gaspésie.

La Ville dénonce aussi la différence de traitement entre Gaspé et l'île d'Anticosti. Anticosti a fait l'objet de 25 études spécifiques pour l'EES. Il n'y en a aucune sur Gaspé, qui doit se contenter des 25 études de portée générale. C'est «inconséquent», juge la Ville, alors que Gaspé est qualifiée de milieu «extrêmement sensible» dans une étude de l'EES, au même titre qu'Anticosti, et est davantage habitée.

«Pourquoi le premier ministre s'inquiète pour Anticosti, où les forages se font en milieu non habité, alors qu'il n'a jamais manifesté une once d'inquiétude pour Gaspé, où le forage est en milieu habité?» demande M. Côté.

Le ministre de l'Environnement, David Heurtel, doit dire oui à la demande de BAPE formulée par Gaspé en mai 2015, réitère le maire de Gaspé.

L'EES en cours doit fournir de l'information pour un projet de loi sur les hydrocarbures, que le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, veut présenter avant juillet.

Pétrolia n'a pas répondu à notre demande de précisions sur le nettoyage à l'acide d'Haldimand n° 4, après un délai de près de deux semaines.

Contradiction au ministère de l'Environnement

L'injection d'acide dans un forage ne requiert pas de certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement, indique en substance au Soleil le porte-parole du ministère Frédéric Fournier. Pourtant, fin 2010, le Ministère nous avait déclaré le contraire. L'autorisation d'Environnement Québec serait désormais requise pour l'injection d'acide, avait-on assuré. Cette déclaration survenait quelques mois après que Pétrolia eut utilisé de l'acide dans trois autres puits de Gaspé, Haldimand n° 1, n° 2 et Tar Point. Interpellé sur les déclarations passées du Ministère, M. Fournier a promis de nous revenir, ce qu'il n'avait pas encore fait au moment d'écrire ces lignes. «On sent que les ministères avancent à tâtons au Québec, commente le maire de Gaspé, Daniel Côté. Depuis que [l'exploration] est laissée au privé, le gouvernement a perdu son expertise. Les paramètres sont créés au fur et à mesure, les règles ne sont pas adaptées. [Les fonctionnaires] ne savent pas sur quel pied danser. On est dans une vague d'improvisation.»  

En un mot

Acide chlorhydrique: L'acide chlorhydrique à 15 % injecté dans les forages est très corrosif et doit être manipulé avec précaution.  Il est utilisé en solution dans l'eau parce qu'au-delà de 38 %, il s'évapore très facilement. À 15 %, il peut servir notamment à décaper, à dérouiller ou à diminuer le pH d'une piscine.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer