Solar Impulse paré à redécoller dès le 20 avril

Solar Impulse est actuellement immobilisé dans un hangar... (Archives AP)

Agrandir

Solar Impulse est actuellement immobilisé dans un hangar très surveillé de l'université d'Hawaï, à mi-parcours de son tour du monde.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Genève

L'avion solaire Solar Impulse, immobilisé depuis juillet dans un hangar très surveillé de l'université d'Hawaï, à mi-parcours de son tour du monde, devrait pouvoir redécoller dès le 20 avril, a déclaré mercredi un de ses pilotes, André Borschberg.

«On sera prêt à quitter Hawaï le 20 avril, c'est là que s'ouvre la fenêtre énergétique optimale, quand les jours sont suffisamment longs, les nuits suffisamment courtes pour voler», a précisé le pilote suisse dans une interview au journal 24 Heures.

«Préalablement, on va faire des tests au sol dès le 20 février, puis il faudra en faire en vol en mars. Nous avons changé les batteries et amélioré leur isolation avec un système de refroidissement mécanique», a-t-il ajouté.

M. Borschberg a indiqué que l'équipe de Solar Impulse avait réussi à trouver les 20 millions d'euros nécessaires pour boucler son tour du monde historique.

Le tour du monde de Solar Impulse 2, un avion expérimental révolutionnaire à batterie solaire, avait subi un coup d'arrêt en juillet, à mi-parcours de son périple de 35.000 kilomètres.

L'appareil avait été immobilisé pour plusieurs mois, le temps de réparer les batteries endommagées lors de sa dernière étape au-dessus du Pacifique, un périple record de 5 jours et 5 nuits entre Nagoya au Japon et Hawaï.

Si la date du décollage se précise, la route reste incertaine.

«Depuis Hawaï nous aurons déjà quatre possibilités: on pourra aller sur Vancouver au Canada, sur San Francisco, Los Angeles ou Phoenix. Ça rend le projet difficile, mais intéressant. On ne sait pas si on traversera les États-Unis par le nord, le sud ou le centre», explique M. Borschberg.

«Dans tous les cas, l'arrivée se fera à New York, nous partirons depuis l'aéroport de JFK pour traverser l'Atlantique. La suite est tout aussi imprévisible. Nous arriverons peut-être en Angleterre, en France, en Espagne ou au Maroc», poursuit-il.

Parti d'Abou Dhabi le 9 mars, Solar Impulse 2 a accompli jusqu'ici près de 18 000 kilomètres.

Les ailes de l'avion sont couvertes de plus de 17 000 cellules photovoltaïques, qui chargent ses batteries la journée.

Surnommé le paper plane (avion en papier), il a une envergure de 72 mètres, plus grande que celle d'un Boeing 747, et un poids de 2,3 tonnes, soit celui d'une fourgonnette. Dans le minuscule cockpit, le pilote a volé jusqu'à 8634 mètres d'altitude, utilisant des bouteilles d'oxygène pour respirer. Il doit aussi supporter de grandes variations de température.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer