Interdiction des sacs de plastique: Saint-Augustin veut une analyse du dossier

Le conseil municipal de Saint-Augustin-de-Desmaures demande à la Communauté... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Le conseil municipal de Saint-Augustin-de-Desmaures demande à la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) d'analyser la possibilité d'interdire les sacs de plastique à usage unique.

Les élus de Saint-Augustin ont adopté cette résolution à l'unanimité en séance extraordinaire lundi soir. «Nous n'avons pas encore contacté les autres municipalités à ce sujet. On voulait enclencher le mouvement dans la région de Québec», a expliqué le maire Sylvain Juneau au Soleil.

Il y a deux semaines, la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a adopté à l'unanimité une résolution afin d'interdire les sacs de plastique à usage unique sur le territoire de ses 82 municipalités au plus tard au mois d'avril 2018.

«C'est notre directeur général, Robert Doré, qui nous a proposé l'idée. On ne peut pas vraiment être contre», a expliqué le maire Juneau. Chaque année, entre 1,4 et 2,7 milliards de sacs de plastique sont distribués au Québec et seulement 14 % d'entre eux sont récupérés.

Le maire de Saint-Augustin apporte aussi une mise en garde sur la question des sacs de plastique biodégradables. «Certains sacs dits biodégradables utilisent une technologie qui n'est pas terrible et sont aussi polluants que les autres sacs. Il ne faudrait pas remplacer par ces sacs pseudo-biodégradables qui demeurent quand même dans l'environnement.»

La CMQ devrait prendre acte de la résolution votée par Saint-Augustin et décider de la position à prendre dans ce dossier. Du côté de la Ville de Québec, on semble cependant moins intéressé à emprunter la voie montréalaise pour les sacs de plastique.

«C'est une possibilité que nous n'avons pas étudiée parce que les sacs de plastique, ici, on les recycle», a déclaré l'attaché de presse du maire Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin. «Ça ne va ni à l'incinérateur ni au dépotoir. À partir du moment où on les recycle, il n'y a pas nécessité de les éliminer et, en plus, il y a des gens pour qui c'est pratique», conclut-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer