L'euphorie à la conférence sur le climat après la signature d'une entente

La responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres, et... (AP, François Mori)

Agrandir

La responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres, et la négociatrice en chef de la France, Laurence Tubiana, se sont données une longue accolade après la signature de l'accord.

AP, François Mori

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Le Bourget

Les représentants de 195 pays ont adopté samedi à Paris, sous les applaudissements et les vivats, un accord mondial sans précédent pour lutter contre le réchauffement de la planète, source de dérèglements et de menaces croissantes pour l'homme et la nature.

L'accord fixe comme objectif de contenir le réchauffement «bien en deçà de 2 °C» et appelle à «poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5 °C», par rapport à l'ère préindustrielle. Il prévoit aussi une révision des engagements obligatoire «tous les cinq ans» à partir de 2025, ainsi qu'une aide financière aux pays du Sud en augmentation.

«Je regarde la salle, je vois que la réaction est positive, je n'entends pas d'objection, l'accord de Paris pour le climat est adopté!» a dit le président de la COP21, Laurent Fabius, suscitant une ovation debout de plusieurs minutes, des embrassades, des cris de joie, dans toute la salle.

François Hollande est monté à la tribune, a tenu la main de Ban Ki-moon et celle de Laurent Fabius, tandis que la responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres, et la négociatrice en chef de la France, Laurence Tubiana, se donnaient une longue accolade.

«Fantastique», disait l'ancien vice-président américain Al Gore en applaudissant à tout rompre, au milieu de centaines de ministres et délégués venus du monde entier, parmi lesquels le secrétaire d'État américain, John Kerry.

«C'est un petit marteau, mais il peut faire de grandes choses», a déclaré M. Fabius, en abaissant sur la table une deuxième fois le marteau en forme de feuille verte, le logo de la COP21.

Le ministre français a salué le travail de son équipe, menée par Mme Tubiana, qui a reçu une nouvelle ovation debout.

«Nous croyons que cet accord peut marquer un tournant vers un monde meilleur et plus sûr», a dit Edna Molewa, la ministre sud-africaine de l'Environnement.

«Une base solide»

«Le texte que nous avons devant nous n'est pas parfait, mais je crois qu'il représente une base solide à partir de laquelle nous pouvons agir», a-t-elle ajouté, évoquant un texte «équilibré et le meilleur que nous puissions avoir en ce moment historique».

Au nom des pays développés, la ministre australienne Julie Bishop a remercié M. Fabius, «notre président». «Nous pouvons rentrer à la maison pour mettre en oeuvre cet accord historique», qui met en place «une stratégie pour travailler ensemble»: «le plus dur reste à faire», a-t-elle ajouté.

Auparavant, un différend sur la formulation d'un des articles du projet avait retardé pendant près de deux heures l'ouverture de la séance.

Les Américains voulaient changer un «shall» (devra) en «should» (devrait), dans un article portant sur l'engagement des pays développés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Le paragraphe incriminé a finalement été corrigé, Laurent Fabius évoquant des «clarifications sur des corrections purement matérielles», et la session a pu ouvrir.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer