Un redoux... dans les normales

Alors que les États du centre des États-Unis... (Associated Press)

Agrandir

Alors que les États du centre des États-Unis ont été ensevelis sous la neige récemment, les flocons se font toujours rares au Québec.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les moyennes de température des derniers mois sont anormales, à Québec, mais le temps chaud prévu dans les prochains jours ne l'est pas, selon Environnement Canada.

Si l'absence de neige au sol et les températures chaudes prévues pour la fin de semaine inquiètent les gens de Québec, les météorologues n'y voient pas nécessairement d'anomalie. Le mercure pourrait dépasser 5 °C samedi et dimanche, mais des températures de 8,9 °C et 9,4 °C ont déjà été observées à pareille date... en 1946 et 1949.

«Notre climat, c'est le champ de bataille entre le chaud et le froid. On a toujours des périodes de redoux», explique la météorologue d'Environnement Canada Marie-Ève Giguère. «Ce qui est anormal, par contre, c'est que ça fait déjà plusieurs mois que l'on est au-dessus des normales de saison, notamment le mois de septembre qui a été particulièrement chaud.»

Même son de cloche en ce qui a trait aux chutes de neige. Il n'est pas rare qu'il n'y ait pas d'accumulation de neige au début du mois de décembre, explique la météorologue, mais l'absence de précipitations est indéniable, cette année. Moins d'un centimètre de neige est tombé à Québec en novembre, bien en deçà de la normale de saison de 30 cm. «L'absence de précipitation est généralisée dans le sud du Québec.»

La tendance semble se poursuivre en décembre, alors qu'aucune chute de neige importante n'est jusqu'à maintenant prévue d'ici Noël. «Il n'est cependant pas impossible que l'on atteigne la moyenne de 70 cm avec uniquement deux grosses chutes de neige entre Noël et le jour de l'An», relativise Marie-Ève Giguère.

L'hiver particulièrement doux prévu en 2015-2016 est également explicable par la présence du courant chaud El Niño, qui touche le Québec tous les trois à sept ans en provenance de l'Équateur. Selon Environnement Canada, il s'agit d'un des trois plus forts El Niño observés depuis 1950, le record étant survenu à l'hiver 1997-1998, année de la crise du verglas

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer