Le climat, un défi pour les municipalités

Plusieurs municipalités du Québec, telle que Sainte-Luce, pourraient... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Plusieurs municipalités du Québec, telle que Sainte-Luce, pourraient un jour être submergées par l'eau, en raison des changements climatiques.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les changements climatiques liés au réchauffement de la planète ne sont plus à nos portes, ils sont déjà là. Les communautés, à commencer par les municipalités, doivent maintenant s'y adapter, ont plaidé de nombreux spécialistes réunis pour un colloque en Basse-Ville de Québec, samedi, à l'initiative de l'organisme Nature Québec.

Un pattern d'occupation à revoir

Il suffit de sillonner le Québec pour comprendre quel modèle d'occupation et d'aménagement du territoire a primé dans la province durant des décennies. À peu près tous les villages et toutes les villes sont collés sur un point d'eau, que ce soit un lac, une rivière, le fleuve ou le golfe Saint-Laurent.

Ce «pattern d'occupation du territoire» ne fonctionnera plus dans un contexte de changements climatiques, prévient Steve Plante, professeur à l'Université du Québec à Rimouski. Même qu'il y aura des choix difficiles à faire, voire des sacrifices. «De maintenir artificiellement des communautés dans des zones continuellement à risque, ce n'est pas viable», a-t-il affirmé samedi, interrogé par Le Soleil en marge du colloque.

Spécialisé en adaptation des populations aux changements climatiques, M. Plante a pour objectif de faire comprendre aux Villes, aux citoyens comme aux décideurs, qu'elles doivent prendre des décisions plus réfléchies afin de se prémunir contre des phénomènes comme les tempêtes ou l'érosion. Phénomènes accentués par les bouleversements climatiques déjà bien enclenchés d'après l'expert.

L'un des grands défis pour les Villes sera par exemple de faire comprendre aux riverains qu'il est temps pour eux de déménager leur maison ou de tout simplement la quitter si elle est menacée par des inondations ou par un débordement côtier. Les municipalités devront donner l'exemple elles aussi, en protégeant leurs propres infrastructures et en évitant de développer «à l'ancienne» près des rives. Finie, dit-il, «la grande ruée vers le bord».

Rendez-vous manqué

Parmi les exemples récents, M. Plante a fait référence aux inondations survenues en 2011 en Montérégie, lors desquelles une centaine de maisons avaient été endommagées par la crue de la rivière Richelieu. «On a manqué un rendez-vous historique en terme d'adaptation», a-t-il déploré, rappelant que les autorités avaient permis aux riverains de se réinstaller dans la zone sinistrée. Plus près de nous, la municipalité de Saint-Raymond de Portneuf a subi des situations semblables en 2012 et en 2014.

«C'est tout un héritage qu'on laisse, ça a une valeur symbolique. Mais ça n'empêche pas que, oui, c'est une zone à risque», faudra-t-il expliquer aux propriétaires. Pour minimiser les impacts tant psychologiques que financiers, M. Plante croit qu'il faut tout de suite intégrer le réflexe de réfléchir en fonction des changements climatiques. «Le coût à l'inaction est plus important que le coût à l'action, même si c'est difficile parfois de prendre des décisions.»

Faire place au transport actif

La végétation et le transport actif doivent être au centre des priorités des villes du Québec, selon Pierre Gosselin, responsable scientifique en changements climatiques à l'Institut national de santé publique. Mais encore faudra-t-il une réelle volonté politique.

Pour le Dr Gosselin, la recette est assez simple si les municipalités veulent faire face aux changements climatiques, qui occasionneront notamment davantage d'épisodes caniculaires nocifs pour la santé de la population. «Si tu fais plus de transport actif, tu utilises moins la voiture. Si tu plantes des arbres, tu séquestres du carbone et le milieu est plus résistant au climat futur» a-t-il énuméré, ajoutant que la verdure sert également à tempérer l'air ambiant en plus d'être un dépolluant naturel.

Les moyens de s'adapter existent déjà, insiste-t-il. «Le problème principal, c'est l'inertie. Ça demande des changements importants, c'est long à implanter ces projets-là.»

Changer les mentalités

Les mentalités doivent changer chez les politiciens, a-t-il plaidé. Prenant l'exemple du vélo, il souligne que plusieurs grandes villes du Québec, dont la capitale, ne sont pas dotées de corridors cyclables «dignes de ce nom». «Il n'y a rien de franc qui est fait comme sur Maisonneuve [à Montréal]. C'est comme si [le vélo] était un loisir de fin de semaine dans la tête des politiciens», a-t-il ajouté, sévère envers la ville de Québec. «À Québec on le voit aussi, on parle ben plus d'élargissement que de donner d'autres vocations à certaines rues. Il y a 50 % du territoire qui est pour l'automobile», a-t-il avancé.

Il faut selon lui arriver à arrimer les différents modes de transport actif. Dans le cas d'une piste cyclable, elle doit être «intégrée au quotidien». «C'est coup double! Si tu favorises les transports actifs, la population est aussi plus en santé.»

Place aux espaces verts

Le manque de volonté politique n'est pas propre à Québec, précise-t-il, surtout pour ce qui est du développement urbain. Trop de projets immobiliers ne laissent que peu de place aux espaces verts. «On ne peut pas enlever un mètre. C'est comme pas encore dans les moeurs.»

Les villes devront aussi favoriser la «connectivité» entre ses espaces verts. «Ce qui manque à Québec, c'est l'aspect connectivité d'une zone à l'autre. Ça fait en sorte d'enrichir la faune et la flore et ça fait un parc de meilleure qualité et un milieu plus attractif.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer