Démocratie Québec veut valoriser les écoquartiers existants

Limoilou possède sa place publique, située à l'angle de... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Limoilou possède sa place publique, située à l'angle de la 3e Avenue et de la 6e Rue.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les écoquartiers existent déjà, dit l'opposition à l'hôtel de ville. Ils s'appellent Limoilou, Saint-Roch ou encore Montcalm. Et avant de lancer des projets de constructions neuves, mieux vaut mettre en valeur ce que Démocratie Québec appelle «les écoquartiers d'origine».

Limoilou, Montcalm ou Sainte-Foy, des écoquartiers? Oui, selon l'opposition, dans la mesure où ils sont déjà des pôles d'emploi, la vie de quartier y est forte, les gens s'y déplacent à pied ou à vélo et le transport en commun y est efficace.

Cette définition correspond à ce que les trois élus de l'opposition entendent par «écoquartiers». Les valoriser est le point principal du mémoire de 26 pages que Démocratie Québec a déposé à l'occasion de la consultation sur la Vision stratégique d'aménagement de Québec d'ici 2040.

«Il y a beaucoup de constructions neuves, de condos. Nous, on dit qu'il faut voir comment on peut consolider les milieux existants. Il n'y a pas juste le neuf, il y a aussi le recyclage», a poursuivi la conseillère Anne Guérette.

Elle évoque des incitatifs, comme des crédits à la rénovation pour des jeunes familles qui voudraient rajeunir une maison plutôt que de se faire construire.

L'élue cite aussi le document Objectif écoquartiers, un guide de principes et de balises publié par l'organisme Vivre en ville en 2014.

Le conseiller Yvon Bussières a pour sa part comparé ces quartiers à des «villages». 

«On souhaite recréer des villages là où il y en avait, où les gens travaillaient et vivaient. Un mode de vie à échelle humaine», a illustré le conseiller de Montcalm-Saint-Sacrement. Dans son mémoire, Démocratie Québec parle de quartiers à la vitalité économique, à l'appartenance et à la solidarité sociale fortes.

La proximité avec le milieu de travail est aussi souvent revenue dans le plaidoyer des conseillers. Et pas seulement dans les quartiers du centre-ville, mais tous les secteurs, comme Beauport, Saint-Émile, Loretteville ou Lac-Saint-Charles.

«Le schéma doit prévoir de créer des pôles d'emploi là où c'est possible de le faire. Il s'est développé beaucoup de résidentiel dans le nord et dans l'est de la ville, il faudrait permettre que des pôles d'emploi soient créés là aussi», a dit Paul Shoiry. 

L'idée, a illustré Anne Guérette, est «de laisser tomber la deuxième voiture».

D'Estimauville et La Pointe-aux-Lièvres

Même si Démocratie Québec souhaite miser sur les «écoquartiers» existants, le parti n'est pas contre la poursuite du développement des écoquartiers D'Estimauville et de la Pointe-aux-Lièvres, toujours dans la mire de l'administration Labeaume malgré l'important retard accumulé ces dernières années. 

«C'est complémentaire. On pense qu'il faut prendre ce qu'il y a de bien dans les écoquartiers existants et les appliquer aux nouveaux», a dit M. Shoiry.

Dans sa vision 2040 présentée en octobre, l'administration Labeaume imaginait dans 25 ans une ville de Québec plus dense, axée sur le transport en commun et son patrimoine. Deux cent quatre citoyens ont participé à la consultation en ligne qui alimentera le document final du schéma d'aménagement. D'autres consultations publiques sont aussi au menu.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer