Le Canada a une crédibilité environnementale à construire

Justin Trudeau a parlé aux médias à la... (AFP, Stéphane De Sakutin)

Agrandir

Justin Trudeau a parlé aux médias à la sortie d'un dîner de travail avec le président Hollande à l'Élysée. Sans surprise, la question de la sécurité a été abordée.

AFP, Stéphane De Sakutin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilbert Lavoie

Envoyé spécial

Le Soleil

(Paris) ENVOYÉ SPÉCIAL À PARIS / La lune de miel de Justin Trudeau avec les Canadiens n'est pas terminée, mais celle de son gouvernement avec les médias sur les questions environnementales est fragile. Les ministres Stéphane Dion et Catherine McKenna ont constaté, à l'occasion de leur première conférence de presse en sol parisien, que le niveau de scepticisme est élevé.

«Comment pouvez-vous penser que les autres pays vont respecter les cibles établies de gaz à effet de serre, alors que le Canada n'en a même pas?» a lancé un journaliste, suivi de plusieurs autres qui ont fait fi de la limite de sept questions annoncée au départ.

M. Dion et Mme McKenna venaient pourtant de faire un exposé rassurant sur les intentions canadiennes et des provinces. M. Dion avait fait valoir que le Canada est une fédération «très décentralisée» et qu'en conséquence, il ne pouvait agir efficacement sur les changements climatiques sans la participation des provinces. La ministre McKenna avait expliqué que le gouvernement fédéral n'imposerait pas de plan aux provinces. «Nous sommes une fédération, nous devons travailler avec les provinces et les territoires pour en arriver avec un plan crédible et de nouvelles cibles.» Elle a annoncé que dans trois mois, le premier ministre Trudeau rencontrera à nouveau ses homologues provinciaux pour finaliser les détails de ces nouvelles cibles.

Mais c'est lorsque la question de la valeur juridique de l'accord qui sera discuté à Paris a été soulevée que les choses se sont corsées. Dans l'édition du Monde de dimanche matin, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait fait valoir que l'accord «doit être juridiquement contraignant». Il a révélé en avoir discuté avec le secrétaire d'État John Kerry, et ajouté que cette question faisait problème, parce qu'un tel traité devrait être examiné par le Congrès, dominé par les républicains.

Interrogée sur le sujet, la ministre McKenna a expliqué que le Canada voulait un accord contraignant, mais que certains éléments pourraient ne pas l'être afin de tenir compte de la réalité de certains pays... Selon elle, l'important est que la communauté internationale se donne des cibles, et que les signataires de l'accord soient tenus à la transparence, à des redditions de comptes crédibles et à une révision des cibles aux cinq ans.

Nouvelles cibles

Quand on lui fait valoir que le Canada n'avait même pas de cible de réduction des GES, la ministre a rétorqué que les objectifs établis par le gouvernement Harper n'étaient qu'un plancher. «Nous comprenons qu'il nous faut arriver avec de nouvelles cibles et nous avons dit que nous le ferions dans un délai de 90 jours. Nous sommes au gouvernement depuis seulement trois semaines...»

Malgré l'optimisme des deux ministres, il est clair qu'il sera difficile d'expliquer comment les cibles des pays participants pourront être légalement contraignantes, alors que certains éléments des plans de réduction des GES ne le seront pas.

La Conférence de Paris commence aujourd'hui et se termine le 11 décembre. Il reste du temps, mais on a vu dimanche à quel point ce sera compliqué, et peut-être trop complexe pour être convaincant.

Pourtant, il faudra être convaincant, sans quoi la tentation sera énorme dans certains pays de ne pas y souscrire vraiment. La conclusion de l'éditorial du Monde, dimanche, était éloquente : «Les chefs d'État et de gouvernement réunis au Bourget doivent le garder à l'esprit : ce ne sont pas seulement les yeux de leurs admirateurs et de leurs électeurs qui sont braqués sur eux, mais aussi ceux de leurs propres enfants et petits-enfants. Eux aussi seront comme nous tous et pour longtemps, les légataires de l'accord de Paris.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer