Conférence de Paris: Québec solidaire aura Couillard à l'oeil

La députée de Ste-Marie-St-Jacques, Manon Massé, rejette les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La députée de Ste-Marie-St-Jacques, Manon Massé, rejette les prétentions du gouvernement libéral à Québec qui, selon elle, se targue d'être champion des questions environnementales alors qu'il développe en même temps la filière des hydrocarbures.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La porte-parole de Québec solidaire en matière environnementale, Manon Massé, s'envolera pour l'Europe afin de participer à la conférence de Paris sur le climat et dénoncer ce qu'elle qualifie de «marketing politique» du gouvernement provincial.

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques souhaite notamment montrer aux gens présents les «incohérences» du gouvernement en matière de lutte contre les changements climatiques. Elle estime que le bilan environnemental des libéraux est jusqu'à présent «catastrophique».

«C'est important qu'il y ait des gens pour mettre à jour d'une certaine façon la supercherie environnementale du gouvernement du Québec», a affirmé en point de presse Mme Massé samedi au Collège des Compagnons où a lieu cette fin de semaine le conseil national du parti.

La députée reproche au gouvernement de Philippe Couillard de tenir un double discours. «D'un côté, il dit qu'il veut contribuer de façon importante à la lutte aux changements climatiques et, de l'autre, il n'arrête pas de faire des choix économiques qui ont des impacts directs sur l'augmentation des gaz à effet de serre (GES), souligne-t-elle.

Par exemple, «je pense notamment aux subventions directes ou indirectes aux compagnies pétrolières et gazières. Je pense aussi au fait de laisser émerger les compagnies très polluantes. Seulement avec la mégacimenterie de Port-Daniel, un projet hyper polluant soustrait au BAPE [Bureau d'audiences publiques sur l'environnement], nos émissions de GES augmenteront de 1,76 million de tonnes chaque année. De plus, aucune action n'est prise dans le dossier du pipeline d'Énergie Est et les libéraux font preuve d'un laxisme incroyable vis-à-vis de l'exploration à Anticosti», énumère la députée. «On ne peut pas dire une chose et faire le contraire!»

À compter de lundi, et ce, jusqu'au 11 décembre, se déroulera la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21). L'objectif de ce grand rassemblement est notamment de trouver un terrain d'entente pour arrêter les effets des changements climatiques et de mettre en place des mécanismes qui permettent de s'y adapter.

Mme Massé sera à Paris à compter de vendredi pour faire passer son message, et quelques rencontres sont déjà inscrites à son horaire.

«On va assister à une rencontre avec des partis de gauche, et je vais être très active. Pourquoi? Parce que les partis de gauche, nous avons des solutions différentes à proposer», explique-t-elle. «Il faut reconnaître l'urgence d'agir maintenant. Plus on attend, plus on se met en position de vulnérabilité. Dès maintenant, il faudrait stopper le financement de toutes les entreprises qui interviennent au niveau des hydrocarbures. De plus, il faut investir de façon massive au niveau du transport, car c'est là qu'augmentent de façon la plus fulgurante depuis 1990 les émissions de GES.»

La porte-parole de Québec solidaire en matière d'environnement veut aussi profiter de son passage à Paris pour inviter les délégations québécoises, parlementaires et membres de la société civile, à se recueillir sur les lieux des événements du 13 novembre.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer