Eaux usées: les amendes ne sont pas la solution selon Moreau

Les quelque 45 000 déversements d'eaux usées enregistrés... (Photothèque La Voix de l'Est)

Agrandir

Les quelque 45 000 déversements d'eaux usées enregistrés chaque année au Québec sont loin d'être tous de l'ordre de celui de la Ville de Montréal et que 99 % des municipalités du Québec ont un système d'épuration qui est parfaitement conforme.

Photothèque La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) Imposer des amendes aux municipalités qui déversent des eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent n'est pas la solution, selon le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, qui penche plutôt vers la prévention et l'aide aux municipalités.

«Faire payer une amende à une ville, c'est pas une solution parce qu'on vient pénaliser les contribuables de ces municipalités-là. Ce qu'il faut faire, c'est de la prévention et tirer de l'événement en cours les meilleures leçons pour que ça ne se reproduise plus jamais», a-t-il déclaré à propos du déversement de huit milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve par la Ville de Montréal.

Il ajoute que les quelque 45 000 déversements d'eaux usées enregistrés chaque année au Québec sont loin d'être tous de cet ordre et que 99 % des municipalités du Québec ont un système d'épuration qui est parfaitement conforme. 

«Ce n'est pas le Far West au Québec... Oui, il y a eu un certain nombre de déversements, mais ces déversements comptent aussi les surverses dans les systèmes combinés d'égouts pluviaux et d'égouts sanitaires, des systèmes qui, à l'époque de leur construction, répondaient aux normes.»

Le ministre souhaite aider les plus petites municipalités à se conformer aux nouvelles normes environnementales. «C'est la raison pour laquelle on a rehaussé les programmes d'aide aux plus petites municipalités parce que les grands centres sont généralement assez bien pourvus. Il faut aider, avec des programmes de financement, les plus petits milieux et les milieux dévitalisés à avoir accès à des équipements semblables.»

Pierre Moreau a aussi rappelé que les résidences isolées non rattachées à un réseau d'égouts avaient l'obligation de se conformer à un règlement du ministère de l'Environnement et qu'un autre règlement obligeait toutes les municipalités à se conformer aux normes d'épuration des eaux d'ici 2021. 

Rapport obligatoire

«On n'est pas dans une situation où il y a des déversements sauvages dont personne ne s'occupe et dont le gouvernement n'est pas conscient. Dans les 45 000 déversements, parce que le chiffre est important, ce ne sont pas tous des déversements de l'ordre de celui de Montréal. Il peut aussi y avoir des déversements accidentels qui durent seulement quelques minutes ou quelques heures et c'est rapporté», précise-t-il.

D'ailleurs, le ministre a également souligné que les municipalités sont obligées depuis l'an dernier de fournir au gouvernement toutes les informations concernant ces déversements, qu'ils fournissaient autrefois seulement sur une base volontaire.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer