Recyclage: les commerces de la région de Québec appelés à faire plus

Le Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2016-2021 a été présenté lundi.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ll y a encore des efforts à faire pour augmenter le recyclage dans la grande région de Québec. En plus des citoyens à la maison, les commerces, les industries et les institutions devront faire plus si les 28 villes de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) veulent atteindre leur objectif de faire passer de 55 % à 70 % le taux de récupération en cinq ans.

Les édifices de bureaux ou les immeubles comptant plusieurs logements sont particulièrement ciblés. Souvent aux prises avec un manque d'espace, un manque de communication ou des changements de locataires, ils peinent à assurer un suivi de la collecte des matières recyclables, soutient la CMQ qui promet de les «accompagner». Les écoles, où le taux moyen de récupération serait autour de 10 % ou 12 %, devront augmenter leur taux de récupération.

«Notre projet innove car pour la première fois, il ne vise plus seulement les ménages, mais aussi les entreprises, les commerces, les industries et les institutions», a dit le maire de Québec et président de la CMQ, Régis Labeaume. Il y voit non seulement une question «d'équité», mais surtout le fait que «chacun est directement concerné par les objectifs fixés».

En 2013, 575 000 tonnes de matières résiduelles ont été enfouies ou incinérées dans les 28 municipalités de la CMQ. Si rien n'est fait, la CMQ estime que ce chiffre sera de 656 000 tonnes en 2021.

«C'est une menace pour nos infrastructures, notre environnement et nos finances», a dit M. Labeaume.

Dans son plan présenté lundi, la CMQ veut aussi accroître considérablement la récupération de résidus domestiques dangereux, la faisant passer de 35 % à 51 %, notamment par de l'information aux citoyens et davantage d'installations à cet effet.

Sur tous ces plans, la grande région de Québec égale ou dépasse les objectifs provinciaux inscrits dans la politique québécoise.

Régis Labeaume estime que l'augmentation des matières résiduelles... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Régis Labeaume estime que l'augmentation des matières résiduelles enfouies ou incinérées représente une menace pour «nos infrastructures, notre environnement et nos finances». 

Le Soleil, Yan Doublet

Biométhanisation reportée

Au total, la CMQ veut atteindre l'objectif «réaliste mais ambitieux» de réduire du tiers la quantité de matières incinérées ou enfouies d'ici 2021.

Mais déjà, cet objectif sera repoussé d'au moins un an maintenant que le gouvernement du Québec donne jusqu'en 2022 aux municipalités pour se convertir à la biométhanisation.

Une grande partie du Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles 2016-2021 (PMGMR) présenté lundi touche en effet les matières organiques. La CMQ souhaite faire bondir de 29 % à 62 % le taux de valorisation des restes de table et des boues municipales (égouts). Cette cible ne sera atteignable qu'après la mise en service d'une usine de biométhanisation de 98,5 millions $. Initialement prévue pour 2020, elle devra maintenant être en service en 2022.

Le plan présenté lundi se chiffre à 130 millions $, ce qui inclut la construction du centre de biométhanisation pour lequel la Ville de Québec touchera une subvention provinciale de 45 millions $ et 16 millions $ du fédéral. Lévis n'en fait pas partie car elle est dotée de son propre Plan de gestion des matières résiduelles.

ll y a encore des efforts à faire pour augmenter le... (Infographie Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Soleil

Le plan a été dans l'ensemble bien reçu par le directeur général du Conseil régional de l'environnement, Alexandre Turgeon. Il y voit une amélioration par rapport au dernier plan de 2005. «Ne serait-ce parce qu'on s'attaque aux industries et commerces», a-t-il commenté. M. Turgeon voit aussi d'un bon oeil la perspective de distribuer des amendes aux délinquants. «Ça prend à la fois de la sensibilisation pour que les citoyens sachent ce qu'ils doivent faire, mais l'aspect réglementaire est important. À un moment donné, un propriétaire qui ne met pas en place de moyens pour que les citoyens puissent recycler, ce n'est pas acceptable non plus», a-t-il tranché.

Le plan présenté lundi sera expliqué aux citoyens lors de soirées d'information sur tout le territoire de la Rive-Nord du 17 au 26 novembre (voir tableau). Une consultation publique suivra en janvier et février 2016. «Cette commission devra produire un rapport de consultation qui permettra au plan d'être amélioré. Ce plan est un plan qui appartient aux citoyens», a dit Sophie Séguin-Lamarche de l'Institut du Nouveau monde, organisme responsable des consultations. On peut trouver la documentation complète au www.cmquebec.qc.ca.

=> Séances d'information

  • 17 novembre 19h - MRC de La Jacques-Cartier (60, rue Saint-Patrick, Shannon)
  • 18 novembre 19h - MRC de La Côte-de-Beaupré (3, rue de la Seigneurie, Château-Richer)
  • 19 novembre 19h - MRC de L'île-d'Orléans (682, chemin Royal, Saint-Pierre)
  • 24 novembre 19h - Agglomération de Québec (16, rue Royal-Roussillon)
  • 26 novembre 19h - Agglomération de Québec (1130, route de l'Église)

Source : Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer