De l'eau du fleuve Saint-Laurent pour Trudeau

Stop Oléoduc enverra à Justin Trudeau des échantillons... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Stop Oléoduc enverra à Justin Trudeau des échantillons d'eau de la centaine de cours d'eau que l'oléoduc Énergie Est traversera. Tout cela lui sera remis lors d'un sit-in organisé à Ottawa par le réseau Action-Climat du 6 au 8 novembre, a expliqué Denis Desmeules, bénévole pour Stop Oléoduc Capitale Nationale.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ian Bussières</p>

(Québec) La section de Québec de l'organisme Stop Oléoduc fera parvenir un échantillon d'eau du fleuve Saint-Laurent au premier ministre élu Justin Trudeau afin de souligner son inquiétude relativement au fait que le futur oléoduc Énergie Est traverse le fleuve, où 21 % de la population de la ville de Québec puise son eau potable.

«Stop Oléoduc enverra à M. Trudeau des échantillons d'eau de la centaine de cours d'eau que l'oléoduc traversera. Tout cela lui sera remis lors d'un sit-in organisé à Ottawa par le réseau Action-Climat du 6 au 8 novembre», explique Denis Desmeules, bénévole pour Stop Oléoduc Capitale Nationale.

L'échantillon d'eau sera accompagné d'une lettre visant à sensibiliser le premier ministre élu aux craintes d'un déversement accidentel qui pourrait se produire à la suite de l'installation de l'oléoduc Énergie Est que TransCanada prévoit construire pour acheminer le pétrole issu des sables bitumineux vers les Maritimes.

«Dans la région, l'oléoduc traversera le fleuve à la hauteur de Saint-Augustin-de-Desmaures, mais il ne faut pas oublier que la population de Sainte-Foy et Cap-Rouge puise son eau potable dans le fleuve. Présentement, l'eau du fleuve est traitable, mais ça deviendrait plus difficile s'il y avait un déversement», dit M. Desmeules.

Les gens de Stop Oléoduc ont de la difficulté à cerner la position du futur premier ministre relativement au dossier TransCanada. «Pendant la campagne, il disait être contre s'il n'y avait pas d'étude environnementale, mais on a peur que le lobbying se poursuive. On sait que la pression sera très forte sur le gouvernement et on veut que l'avis de la population soit entendu avant que M. Trudeau se rende au sommet de Paris», conclut Denis Desmeules.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer