Lévis adopte une politique «zéro déchet»

Lévis souhaite dépasser les normes provinciales en matière environnementale et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Lévis souhaite dépasser les normes provinciales en matière environnementale et devenir une ville «zéro déchet» d'ici 2030.

C'est ce qui ressort de son nouveau Plan de gestion des matières résiduelles dévoilé mercredi en collaboration avec la Ville de Saint-Lambert-de-Lauzon. Lévis embrasse donc un mouvement mondial naissant qui vise à recycler, à composter et à réutiliser tout ce qui peut l'être. Seul le «déchet ultime» pourra continuer d'être enfoui.

D'ici 2020, la Ville a proposé 80 actions concrètes pour arriver à ses fins, dont celle de mettre dans le coup les restaurants et les grandes institutions qui opèrent des cafétérias. On veut leur donner des outils afin de composter les restes de table. Aucune mesure coercitive n'est toutefois prévue pour obliger les entreprises à coopérer.

«Il y a même des actions prévues pour la Ville. En tant qu'organisation municipale, nous devons montrer l'exemple à suivre», a indiqué le maire Lehouillier par voie de communiqué.

Écocentre

La Ville prévoit également construire un deuxième écocentre dans l'ouest de la ville pour 2019. Un premier écocentre, qui accueille les déchets encombrants, les matières dangereuses et les résidus verts, a été aménagé sur le chemin des Îles en 2012. Très populaire, il a reçu pas moins de 47 000 visiteurs en 2014.

Les deux écocentres, qui sont jusqu'à maintenant réservés aux simples citoyens, pourraient également recycler les déchets des entreprises, des commerces et des institutions.

Lévis a réussi à diminuer considérablement la quantité de déchets qu'elle brûle ou qu'elle enfouit depuis qu'elle a distribué des bacs bruns à ses citoyens, en 2011. La collecte des matières compostables en milieu résidentiel a permis de passer de 297 kg de déchets par personne par année à 213 kg en 2013.

La Ville de Lévis a d'ailleurs l'intention de conserver ses bacs bruns, même si la Ville de Québec a annoncé la semaine dernière que ce n'est pas le mode de collecte qu'elle privilégie. Les matières putrescibles seront plutôt placées dans des sacs, dans le bac à déchets, et triées à l'incinérateur.

«Il ne faut pas comparer nos deux villes, on ne parle pas de la même quantité ni du même mode de transformation», a averti le maire Lehouillier la semaine dernière. Québec opte pour la biométhanisation, tandis que Lévis conserve sa méthode, celle du compostage.

Quant au recyclage, la Ville de Lévis est également tout près de la cible provinciale de 70 % demandée pour 2020, avec un taux de recyclage de 66 % à l'heure actuelle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer