Le changement climatique menace la sécurité mondiale, selon John Kerry

La Terre vue de l'espace.... (Photo fournie par la NASA)

Agrandir

La Terre vue de l'espace.

Photo fournie par la NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MILAN

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a averti samedi que le réchauffement climatique menaçait la sécurité mondiale et avait déjà attisé des crises comme celles des réfugiés en Europe ou le conflit syrien.

Le secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry... (Photothèque Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Le secrétaire d'État des États-Unis, John Kerry

Photothèque Le Soleil

En visite à l'Exposition universelle de Milan consacrée à l'alimentation et à l'agriculture, le chef de la diplomatie américaine a ainsi réclamé une nouvelle fois un accord «ambitieux» à l'issue de la Conférence de Paris sur le climat en décembre.

«Le changement climatique, c'est peut-être la menace la plus importante sur la sécurité alimentaire», a lancé M. Kerry dans un discours à l'Expo universelle, où les foules se pressent.

Mais «il ne s'agit pas seulement de sécurité alimentaire. Il s'agit de sécurité mondiale. Point à la ligne», a-t-il martelé.

A ses yeux, ce n'est «pas une coïncidence si, juste avant la guerre civile en Syrie, le pays a subi sa pire sécheresse» provoquant la «migration de 1,5 million de personnes des campagnes vers les villes».

«Cela a attisé les troubles politiques qui commençaient à monter» en 2011, a analysé M. Kerry. «Je ne dis pas que la crise en Syrie a été provoquée par le changement climatique. Evidemment que non. Elle a été provoquée par un dictateur brutal qui a bombardé, affamé, torturé et gazé son propre peuple».

«Mais, a argumenté le secrétaire d'Etat, la terrible sécheresse a clairement aggravé une situation déjà mauvaise».

De même, la crise migratoire en Europe risque d'empirer sous l'effet du changement climatique, un «multiplicateur de risques» qui, certes, «ne déclenche» pas les crises mais «souffle sur les braises», a encore déclaré M. Kerry, qui a fait de la lutte contre le réchauffement climatique son cheval de bataille.

A quelques semaines de la Conférence de Paris, il a plaidé pour que «tous les pays soient sur la même longueur d'onde afin d'obtenir un accord ambitieux, durable et pour le plus grand nombre».

Face à une hausse de la température moyenne du globe de 0,8°C depuis l'ère pré-industrielle - ce qui induit déjà une fonte accélérée des glaciers et de la banquise et une acidification des océans - la communauté internationale s'est fixé comme objectif de limiter à 2°C le réchauffement pour éviter des impacts dramatiques.

S'adressant aux 140 gouvernements représentés à l'Expo universelle, il les a exhortés à «expliquer» à leurs concitoyens «à quel point il est important d'avoir un accord solide à Paris».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer