Des propriétaires forestiers réclament de l'aide contre la tordeuse

Désespéré de voir la tordeuse des bourgeons de... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Désespéré de voir la tordeuse des bourgeons de l'épinette s'attaquer de façon dramatique à ses lots boisés, Maurice Veilleux a proposé l'idée que les forêts privées soient arrosées par hélicoptère.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Causapscal) Les propriétaires de boisés privés du Bas-Saint-Laurent sont découragés. Leurs forêts sont ravagées par la redoutable tordeuse des bourgeons de l'épinette. Comme solution, des producteurs de La Matapédia envisagent l'arrosage par hélicoptère, une opération qu'ils ne pourront mettre en oeuvre sans l'aide des gouvernements.

La tordeuse des bourgeons de l'épinette s'attaque d'abord... (Collaboration spéciale Johanne Fournier) - image 1.0

Agrandir

La tordeuse des bourgeons de l'épinette s'attaque d'abord à la tête des épinettes et des sapins qui finissent par mourir au bout de quelques années.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Ces dernières années, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, avec la collaboration de la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM), a mené des campagnes d'arrosage sur de grandes superficies de forêts publiques. Pendant ce temps, les superficies défoliées des forêts privées ont presque triplé en un an au Bas-Saint-Laurent. De 166 000 hectares l'an dernier, l'épidémie a dévasté 389 000 hectares cette année. L'épidémie touche 9200 propriétaires de boisés privés.

Bien que la situation soit préoccupante dans toute la région, elle est d'autant plus critique dans le secteur de Causapscal, dans La Matapédia. Les propriétaires forestiers lancent un cri du coeur devant l'urgence de la situation. Ils sont prêts à tout pour sauver leurs forêts.

«C'est ma retraite»

«J'ai 60 ans et ma forêt, c'est ma retraite, illustre un producteur agricole de l'endroit, Maurice Veilleux. Ça fait trois ans que je la vois être atteinte. C'est une jeune forêt, qui a 20 ou 30 ans. La tordeuse se gave de ces jeunes forêts.» L'homme, qui possède 240 hectares de forêts, n'en pouvait donc plus de voir l'épidémie prendre de l'ampleur au point de s'étendre sur une centaine d'hectares boisés. Comme il savait que, l'été dernier, des champs de céréales avaient été arrosés de fongicides par hélicoptère par le réseau Coop de l'Est, il a proposé l'idée au Syndicat des producteurs forestiers du Bas-Saint-Laurent, où elle a été bien accueillie, d'autant plus que les résultats ont été concluants.

«La forêt privée, au Bas-Saint-Laurent, représente 50 % de toutes les forêts, signale le président du Syndicat, Roger Vaillancourt. Plusieurs producteurs forestiers en vivent. On a besoin de l'aide des gouvernements. C'est un patrimoine pour l'avenir!» Devant l'urgence d'agir, le directeur général du Syndicat a approché le réseau Coop de l'Est. «On a décidé de se mettre en mode solution», lance Charles-Edmond Landry.

Selon le directeur des ventes du réseau Coop de l'Est, François Pedneault, les forêts privées pourraient être arrosées avec le même produit qui a été utilisé sur les forêts publiques.

Le Syndicat des producteurs forestiers prévoit la mise sur pied prochaine d'un comité régional qui aura pour mission d'évaluer toutes les solutions possibles pour contrer l'épidémie causée par la tordeuse.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer