Îles-de-la-Madeleine: presque autant de véhicules que d'habitants

Aux Îles-de-la-Madeleine, le grand nombre de véhicules à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Aux Îles-de-la-Madeleine, le grand nombre de véhicules à essence préoccupe le maire Jonathan Lapierre, qui souhaite réduire la pétrodépendance du territoire.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Îles-de-la-Madeleine) Aux Îles-de-la-Madeleine, il y a presque autant de véhicules à essence et de bateaux qu'il y a d'habitants. L'électricité de l'archipel est produite à partir de mazout. Pour rentrer ou quitter l'archipel, il faut prendre un traversier ou un avion. Les Madelinots veulent réduire leur pétrodépendance, mais le défi est colossal.

On dénombre 10400 véhicules, dont la moitié sont des camions, pour 12000 de population. À cela s'ajoutent 1200 bateaux. «Quand on s'est rendu compte qu'on était 100 % pétrodépendants, on peut pas fermer les yeux sur ça», admet le maire des Îles, Jonathan Lapierre. C'est pourquoi les autorités municipales ont réclamé une consultation du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles en marge de l'élaboration de la politique énergétique du Québec. La consultation a eu lieu par vidéoconférence mercredi. Le maire ne souhaite rien de moins qu'un chapitre de la politique énergétique puisse être consacré à sa municipalité.

«Aux Îles-de-la-Madeleine, ça coûte très cher de produire de l'électricité, explique M. Lapierre, qui est aussi le président de la Table sur les hydrocarbures des Îles-de-la-Madeleine. La centrale est alimentée au mazout. Plutôt que les citoyens achètent de l'électricité de la centrale qui est extrêmement coûteuse, le gouvernement leur dit de se chauffer au mazout et qu'ils vont être subventionnés. Ça nous aide pas à diminuer notre pétrodépendance! Donc, on demande au gouvernement de nous aider dans le solaire, la géothermie et l'éolien.»

Un projet de couplage diesel-éolien sera annoncé par Québec d'ici la fin octobre pour alimenter la centrale thermique d'Hydro-Québec. Le parc de trois éoliennes, qui produira 6 MW, sera installé à l'est de l'archipel.

Efficacité énergétique et transport collectif

Le maire souhaite aussi que son territoire devienne un laboratoire d'expérimentation des énergies renouvelables. «Les Îles pourraient devenir un havre technologique en matière d'efficacité énergétique», fait valoir Jonathan Lapierre.

Il veut également développer davantage le réseau de transport collectif. «Il faut que le gouvernement mette sa machine à contribution pour soutenir les initiatives [...] et qu'on change les habitudes des gens», clame-t-il.

Selon l'élu, il y a une volonté ferme de sa population de réduire l'utilisation des énergies fossiles. «On a pris le leadership à travers le Québec au niveau des énergies, estime M. Lapierre. Donc, on dit au gouvernement de profiter de cette volonté citoyenne et politique. Si, au Québec, on veut faire des efforts pour diminuer les gaz à effets de serre, on veut faire la même affaire aux Îles. C'est d'autant plus important. Mais on peut pas le faire tout seul. Ça prend de l'aide.» Avec la collaboration d'André Bécu

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer