Des visiteurs tropicaux dans le Saint-Laurent

Ce poisson-lune a été observé dans la baie... (PHOTO FOURNIE PAR LYNE MORISSETTE)

Agrandir

Ce poisson-lune a été observé dans la baie des Chaleurs par l'équipage du voilier RoterSand.

PHOTO FOURNIE PAR LYNE MORISSETTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Sainte-Luce) Les spécialistes des milieux marins et les pêcheurs s'entendent pour dire que le poisson-lune, qui vivait traditionnellement dans les eaux tropicales, migre de plus en plus vers le Saint-Laurent. Pour la spécialiste des mammifères marins et du fonctionnement des écosystèmes, Lyne Morissette, le phénomène est un indicateur du réchauffement de la planète.

Lors d'une récente mission scientifique sur le voilier RoterSand, la scientifique en a observé deux. «On en a aperçu un dans la baie des Chaleurs, au large de Grande-Rivière, raconte Mme Morissette. On a vu un autre individu après, au large de Gaspé. C'était des adultes de près d'un mètre et demi et qui devaient peser une tonne. J'en avais déjà vu dans les Caraïbes, mais je n'en avais jamais vu ici, dans le golfe.

«C'est une chance, un hasard incroyable quand on est capables de l'apercevoir, s'étonne-t-elle encore. C'est parce qu'il est en mode repos quand il monte à la surface. C'est pas un animal peureux. Il n'est pas agile. Donc, on peut l'approcher pour l'observer. Ça a l'air d'un poisson blessé.»

Quand elle et les membres de son équipage ont aperçu la nageoire dorsale du poisson, aussi appelé «môle», ils ont cru, sur le coup, qu'il s'agissait d'un requin. «Mais, on s'est vite aperçu qu'il nageait pas assez vite pour être un requin», relate la zoologiste.

Si le fait de pouvoir l'observer est un coup de chance, sa découverte dans les eaux du Saint-Laurent est de moins en moins rare. «Il y en a de plus en plus», constate Lyne Morissette. La môle est un poisson qui a besoin d'un habitat dont la température est d'environ 12 °C. Or, s'il s'adapte à la température de l'eau du Saint-Laurent, la chercheuse fait un lien direct : «L'eau se réchauffe et les poissons-lunes changent d'habitat, est-elle forcée de déduire. C'est inquiétant parce qu'avec les changements climatiques, ça cause un débalancement à tout l'écosystème. Notre milieu marin ne fait pas exception. Un écosystème, c'est un peu comme gérer un orchestre symphonique. Ce que ça sous-tend, c'est qu'il n'est pas là pour rien. Alors qu'il vit habituellement dans les eaux subtropicales, principalement dans la zone des Caraïbes, il fait le choix de remonter de plus en plus au nord.»

Sentiments partagés

À la surprise de cette rencontre inusitée s'ajoutent des sentiments partagés. «Sur le coup, on est excités», décrit la chef de mission scientifique. «Mais, une fois qu'on revient à quai, qu'on regarde nos photos et nos vidéos, puis qu'on repense à ce qu'on a vu, ça nous amène à nous poser des questions.»

Pour Lyne Morissette, le réchauffement du Saint-Laurent n'est pas un mythe. En 2012, elle a étudié et noté la température à partir d'un même point dans l'estuaire, au large de Rimouski. Le thermomètre indiquait alors six degrés. Un an plus tard, la température avait monté à huit degrés. «Pour un être humain, une variation de deux degrés, ça n'a pas vraiment de conséquences, fait-elle valoir. Mais deux degrés, c'est énorme pour un écosystème!»

Outre les changements climatiques, une autre cause possible de la présence accrue du poisson-lune dans le Saint-Laurent pourrait aussi s'expliquer par la prolifération des méduses, qui composent son alimentation principale. Pour la spécialiste du fonctionnement des écosystèmes, l'augmentation des méduses représente un autre indicateur des changements climatiques. «Les méduses ont de moins en moins de prédateurs, observe Lyne Morissette. C'est pour ça qu'il y en a de plus en plus!» Parmi ses prédateurs, on trouve les tortues marines, dont la population est en déclin.

La môle est le poisson osseux le plus lourd. Il peut atteindre un poids de 2000 kilogrammes et une taille de trois mètres. Il est appelé sunfish en anglais et «poisson-lune» en français. «C'est drôle que, d'une langue à l'autre, il change d'astre», rigole Mme Morissette. Peu importe comment on le nomme, une chose est certaine : «C'est vraiment un drôle de poisson, laisse-t-elle tomber. Il ne ressemble à rien d'autre!» AVEC LA COLLABORATION SPÉCIALE D'ANDRÉ BÉCU

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer