Menacée d'extinction, la baleine noire est observée dans le Saint-Laurent

La baleine noire (Eubalaena glacialis) de l'Atlantique Nord... (Image tirée du site www.registrelep-sararegistry.gc.ca)

Agrandir

La baleine noire (Eubalaena glacialis) de l'Atlantique Nord

Image tirée du site www.registrelep-sararegistry.gc.ca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steeve Paradis

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Baie-Comeau) La baleine noire, une espèce en voie de disparition il n'y a pas si longtemps, semble prendre de plus en plus ses aises dans le Saint-Laurent. Une équipe de chercheurs américains a observé une vingtaine de ces baleines en une seule journée, la semaine dernière, dans la baie des Chaleurs.

La baleine noire (Eubalaena glacialis) de l'Atlantique Nord ... (Image tirée du site www.registrelep-sararegistry.gc.ca) - image 1.0

Agrandir

La baleine noire (Eubalaena glacialis) de l'Atlantique Nord 

Image tirée du site www.registrelep-sararegistry.gc.ca

Les baleines noires vivent dans les eaux tempérées... (Photo tirée du site www.dfo-mpo.gc.ca) - image 1.1

Agrandir

Les baleines noires vivent dans les eaux tempérées et subpolaires de l'Atlantique. On voit régulièrement des baleines noires dans la baie de Fundy, la partie ouest du plateau néo-écossais et le golfe du Saint-Laurent. On en observe également au large des côtes de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador. (Source: Pêches et Océans Canada)

Photo tirée du site www.dfo-mpo.gc.ca

Selon Robert Michaud, directeur scientifique du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), les efforts des États-Unis pour sauver la baleine noire de l'extinction, combinés aux effets des changements climatiques, pourraient expliquer la forte présence de ce mammifère marin dans nos eaux.

«Les mesures pour éviter les prises accidentelles et les collisions avec les grands navires ont vraisemblablement porté fruit», a déclaré le chercheur, qui signale que le cheptel est passé de moins de 300 au début des années 90 à environ 500 individus aujourd'hui. «Il y avait une tendance à la hausse de leur présence depuis plusieurs années mais cette année, la progression est vraiment marquée», ajoute-t-il.

Le réchauffement des eaux, qui entraînerait une plus grande production de copépodes, nourriture préférée de la baleine noire, pourrait aussi élucider le phénomène. Les baleines ne sont pas seulement énormes, elles nécessitent d'énormes quantités de nourriture chaque jour. En conséquence, elles se déplacent là où cette nourriture se trouve.

«Les bouleversements climatiques apportent des changements dans la répartition de la nourriture, pas toujours pour le pire, mais les espèces devront s'adapter», a signalé M. Michaud, qui ne croit pas que l'arrivée de la baleine noire nuise au contenu du garde-manger des autres mammifères marins qui fréquentent le Saint-Laurent.

Les changements climatiques soulèvent aussi d'autres interrogations, précise le directeur scientifique, qui s'intéresse de très près à la question. «Habituellement, on observe les baleines noires dans la baie de Fundy. Cette année, nos collègues les cherchent à cet endroit», indique-t-il.

C'est en raison de sa lenteur que la baleine noire a frôlé l'extinction, au milieu du siècle dernier, a précisé Robert Michaud. «Contrairement au rorqual, par exemple, la baleine noire était très facile à chasser. C'était la cible préférée des baleiniers au XVIIe et au XVIIIsiècles. Et en plus, une fois abattue, elle flottait.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer