Exclusif

Algues bleu-vert dans les lacs Saint-Charles et Saint-Joseph

Les cyanobactéries, aussi appelées algues bleu-vert, sont des... (PHOTO FOURNIE PAR CBJC, LINDA  HAYES)

Agrandir

Les cyanobactéries, aussi appelées algues bleu-vert, sont des algues microscopiques qui peuvent proliférer de façon excessive et créer des fleurs d'eau (bloom) parfois visibles à la surface du lac comme ce fut le cas le 6 juillet au lac Saint-Joseph.

PHOTO FOURNIE PAR CBJC, LINDA HAYES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Un épisode de fleur d'eau de cyanobactéries a été observé au lac Saint-Charles et cinq au lac Saint-Joseph depuis le début du moins de juillet. De quoi rappeler que les cyanobactéries sont toujours présentes. D'où l'importance de surveiller ces plans d'eau, selon la Corporation du bassin de la Jacques-Cartier qui fait appel aux citoyens.

Le nombre de cinq signalements dans le lac Saint-Joseph est relativement faible, mais il est tout de même indicateur de la santé toujours fragile de cet important plan d'eau devant la prolifération des cyanobactéries. 

«En soi, ce n'est pas alarmant pour le lac Saint-Joseph. Les cinq signalements concernaient des présences très localisées. Mais ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de signalement qu'il n'y en a pas de fleur d'eau», a expliqué au Soleil Antoine Rivierre, directeur des projets, Corporation du bassin de la Jacques-Cartier (CBJC).

Au lac Saint-Charles, dont la santé inquiète particulièrement ces derniers temps, une seule présence de fleur de cyanobactéries a été signalée. «Il y a eu un épisode le 14 juillet, assez localisé [60 m2], et il s'agit du seul depuis le début de l'été», a indiqué David O'Brien, porte-parole de la Ville de Québec.

La CBJC rappelle toutefois que la pluie et la chaleur contribuent à la prolifération de cyanobactéries. Or, ces conditions sont réunies dans la région ces jours-ci.

Les cyanobactéries sont des algues microscopiques qui aiment bien se nourrir de phosphore issu de déversements d'eau contentant de l'engrais ou des produits nettoyants. Lorsqu'elles gobent trop de phosphore, elles prolifèrent et il se crée des fleurs d'algues visibles à la surface de l'eau. Ces algues risquent à terme d'étouffer le lac en le privant d'oxygène.

«Ces proliférations peuvent présenter un risque pour l'eau potable et les utilisateurs du lac lorsque les toxines sont présentes en trop grande quantité», souligne la Corporation.

Ces algues ont été observées une première fois dans le lac Saint-Joseph en 2006, alors que les cyanobactéries sont devenues un nouvel ennemi dans plusieurs régions du Québec.

Depuis, la présence d'algues est remarquée presque chaque été et la surveillance par des organismes comme la CBJC se poursuit. 

Aide citoyenne

Or, les membres de la Corporation ne peuvent à eux seuls sillonner chaque recoin du lac Saint-Joseph. Ils ont donc fait appel mercredi aux citoyens du secteur en les invitant à participer au réseau de surveillance qui signale toute présence d'algue bleu-vert. 

«Les riverains sont les principaux utilisateurs du lac. Ils sont un peu nos yeux», a illustré Antoine Rivierre. Il estime que les résidents se sentent concernés par l'avenir de leur lac. Il en veut pour preuve l'intérêt manifesté par «au moins 35 personnes» qui se sont présentées à une récente rencontre d'information pendant laquelle il a entre autres expliqué comment distinguer les cyanobactéries. Au printemps, l'accumulation de pollen sur l'eau peut notamment ressembler à des fleurs d'algue, note-t-il. 

«Les citoyens ne sont pas tous des experts et des biologistes. Nous, on veut donner des outils aux citoyens pour qu'ils puissent les reconnaître. Ils sont acteurs à part entière et on leur offre cette possibilité de s'investir.»

Que faire si on voit une fleur d'eau de cyanobactéries?

  • Ne pas toucher ni ingérer l'eau contenant des cyanobactéries
  • Noter la date, l'heure et le lieu précis
  • Prendre des photos
  • Communiquer les observations à la direction régionale du MDDELCC au 418 644-8844 ou à Urgence-Environnement au 1 866 694-5454.
  • Communiquer avec la CBJC au 418 875-1120

Source: Corporation du bassin de la Jacques-Cartier (CBJC)

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer