Exploration pétrolière dans le golfe: des craintes, mais pas de travaux

Sylvain Archambault, de la Société pour la nature... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Sylvain Archambault, de la Société pour la nature et les parcs (SNAP) du Québec, a indiqué que les ministres fédéraux n'ont pas répondu à la lettre qui leur a été expédiée. Il a reconnu qu'il y a moratoire sur l'exploration, mais mentionné que la loi-miroir, que Québec et Ottawa ont adoptée chacun de leur côté, ouvre une porte sur cette possibilité.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Les projets d'exploration pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent continuent d'alimenter des craintes. Pour le moment, il n'y a pas de travaux en cours pour confirmer l'imminence d'un danger.

Jeudi, la Coalition Saint-Laurent s'est jointe aux membres de l'industrie de la pêche, des communautés autochtones et de la société civile qui réclament «une suspension des activités d'exploration pétrolière dans le golfe tant qu'une vaste commission d'examen, indépendante et scientifique, aura démontré l'absence de risques pour l'écosystème et ses ressources naturelles».

La Coalition a rappelé que des milliers d'emplois dépendent de la pêche dans les Maritimes et au Québec. Les associations de ce secteur économique ont fait part de leurs préoccupations dans une missive expédiée au gouvernement canadien. «Le Saint-Laurent est une grande zone de pêche commune et aucun déversement ne sera retenu par les frontières provinciales», a signalé une porte-parole de la Coalition, Danielle Giroux.

«Alors qu'un premier forage pourrait bientôt être effectué à Old Harry et que le Québec a déposé récemment un projet de loi-miroir lui permettant lui aussi de se lancer dans l'exploration pétrolière en mer, il est temps de rappeler que le golfe du Saint-Laurent est un écosystème d'une grande fragilité», a affirmé Jean-Patrick Toussaint. Pour Sylvain Archambault, «l'exploration pétrolière devrait être suspendue dans l'ensemble du golfe.»

Moratoire déjà existant

Au cabinet du ministre québécois Pierre Arcand (Ressources naturelles), une porte-parole a signalé qu'il existe déjà un moratoire sur l'exploration, moratoire qui englobe aussi le gisement potentiel Old Harry. Véronique Normandin a aussi précisé qu'en ce moment, il n'y a pas de travail exploratoire.

Tout geste en ce sens ne peut devancer l'Évaluation environnementale stratégique dans le dossier des hydrocarbures. Ce rapport est attendu pour la fin de l'année.

Il n'a pas été possible de contacter un porte-parole du gouvernement terre-neuvien. Mais aucun forage exploratoire ne se déroule, en ce moment, de leur côté de la frontière maritime.

En entrevue, Sylvain Archambault, de la Société pour la nature et les parcs (SNAP) du Québec, a indiqué que les ministres fédéraux n'ont pas répondu à la lettre qui leur a été expédiée. Il a reconnu qu'il y a moratoire sur l'exploration, mais mentionné que la loi-miroir, que Québec et Ottawa ont adoptée chacun de leur côté, ouvre une porte sur cette possibilité. Les craintes, a-t-il exprimé, sont à plus long terme dans le cas du Québec par rapport à Terre-Neuve, où une firme lorgne Old Harry.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer