La phase IV de la promenade Champlain moins ambitieuse que prévu

La phase IV de la promenade Samuel-De Champlain... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

La phase IV de la promenade Samuel-De Champlain reliera le domaine Maizerets à la chute Montmorency.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La phase IV de la promenade Samuel-De Champlain devant relier le domaine Maizeret à la chute Montmorency n'aura rien à voir avec le populaire segment aménagé le long du boulevard Champlain. Plutôt qu'une balade linéaire de huit kilomètres longeant le fleuve, la Commission de la Capitale-Nationale du Québec (CCNQ) parle plutôt de donner accès au Saint-Laurent par l'intermédiaire de «points d'intérêt».

Son plan directeur sera présenté cet automne, a indiqué la semaine dernière la présidente de la CCNQ, Françoise Mercure, en marge du dévoilement d'un nouveau monument dans le parc de l'Amérique-Latine. Peu bavarde sur les grandes lignes du projet, Mme Mercure répète cependant que l'objectif premier de la Commission et de ses partenaires, soit la Ville de Québec et le ministère des Transports du Québec (MTQ), est de «redonner le fleuve aux Québécois». 

Le trio devra toutefois être créatif puisque, d'emblée, la présidente souligne qu'«on ne peut pas faire le même genre de travaux que ceux envisagés pour la phase III [station du Foulon]» ou encore ceux réalisés sur la phase I. Il y aura donc «des façons différentes d'avoir des points d'intérêt» pour se rendre à l'eau, indique la présidente, sans préciser lesquelles. Des passerelles ou des belvédères peuvent cependant être imaginés. 

Désignation différente

Il faut donc oublier les grandes visions de 2011 où le ministre Sam Hamad avait parlé d'un projet plus ambitieux que l'actuelle promenade Samuel-De Champlain aménagée sur 2,5 kilomètres entre le quai des Cageux et la côte de l'Église, qui a coûté 70 millions $. Tout était encore envisagé, du déplacement de l'autoroute Dufferin-Montmorency à sa transformation en boulevard urbain, en passant par la diminution du nombre de voies. 

Ces options sont désormais écartées. «La vie utile de l'autoroute est loin d'être atteinte», fait valoir Françoise Mercure. Une information confirmée par le porte-parole au MTQ, Guillaume Paradis. «Le ministère des Transports n'a aucun projet visant le réaménagement majeur de l'autoroute Dufferin-Montmorency», indique-t-il. 

Dans cette perspective, les scénarios sont limités : la phase IV doit être aménagée d'un côté ou de l'autre de l'autoroute. Impossible de savoir si la bande de terre comprise entre celle-ci et le fleuve a la largeur suffisante pour accueillir de tels aménagements. De l'autre côté, il y a déjà une piste cyclable, mais celle-ci est plutôt loin de l'eau. 

La porte-parole de la CCNQ, Anne-Marie Gauthier, souligne que, s'il est souvent question de «phase IV de la promenade Samuel-De Champlain», les fonctionnaires de la Commission désignent plutôt les travaux prévus par le nom de «secteur du littoral est».

«On ne parle pas de promenade Samuel-De Champlain parce que ça ne peut pas se faire dans les mêmes interventions de configuration», indique-t-elle, rappelant que le boulevard Champlain, qui avait des allures d'autoroute, a été transformé en boulevard urbain. 

Un lien vers l'Île d'Orléans? 

Autre élément possible, ce segment pourrait rejoindre la structure qui doit remplacer le pont de l'île d'Orléans, où une piste cyclable pourrait être aménagée, une information que refusent de confirmer le MTQ et la CCNQ.

Mais le préfet de la MRC de l'Île-d'Orléans, Jean-Pierre Turcotte, croit que cela tomberait sous le sens. «Le MTQ nous a dit qu'ils allaient réserver un espace aux cyclistes [sur la structure qui doit relier l'île]», explique celui qui voit d'un bon oeil toute amélioration pour les adeptes de vélo. 

Alors que la phase III de la promenade Samuel-De Champlain a été mise sur la glace par le gouvernement libéral, la phase subséquente ne risque pas de voir le jour sous peu. «Ça ne nous empêche pas de continuer à s'assurer d'être prêts lorsque le projet pourra être mis sur la ligne de départ», souligne Françoise Mercure.

Les phases de la promenade Samuel-De Champlain

Phase I: 2,5 kilomètres entre le quai des Cageux et la côte de Sillery, au coût de 70 millions $

  • Inaugurée en 2008, il s'agit d'un leg du gouvernement du Québec à la Capitale-Nationale à l'occasion de son 400e anniversaire. Ce «parc urbain» comprend un circuit d'interprétation et différentes oeuvres d'art publiques.

Phase II : Sentier des Grèves: 3,1 kilomètres entre le quai des Cageux et le parc de la Plage-Jacques-Cartier, évalués à 6 millions$ 

  • Le premier tronçon du parcours piétonnier, inauguré en 2012, comprend entre autres sept escaliers, deux passerelles et deux belvédères entre le parc de la Plage-Jacques-Cartier et le domaine des Retraités du CN. 
  • Les travaux pour le deuxième tronçon, situé entre le domaine des Retraités du CN et le quai des Cageux, ont été inaugurés à l'été 2014. On prévoit installer un escalier et ajouter du mobilier urbain ainsi qu'une nouvelle halte avec belvédère. 

Phase III : station du Foulon: 2,5 kilomètres entre la côte de Sillery et la côte Gilmour, d'abord évalués à 100 millions $, puis revus à 130 millions $ 

  • Un bassin de baignade ainsi qu'un miroir d'eau doivent être aménagés à l'anse Saint-Michel pour rappeler l'ancienne plage du Foulon, tandis que le quai Frontenac doit retrouver ses lettres de noblesse. Un escalier belvédère doit également grimper le long de la côte de Sillery. 
  • Pour réaliser tous ces travaux, il était suggéré de déplacer la voie ferrée le long de la falaise, de la faire traverser le boulevard Champlain par un passage à niveau en face du Yacht Club. Le BAPE a critiqué cette proposition, renvoyant la CCNQ à la planche à dessin. Depuis, le gouvernement a mis le projet sur la glace, jurant qu'il était retardé et non pas relégué aux oubliettes. 

Phase IV (réaménagement du secteur littoral est): 8 kilomètres reliant le domaine Maizerets à la chute Montmorency 

  • Pour l'instant, il est question de donner accès au Saint-Laurent par l'intermédiaire de «points d'intérêt» sans restructurer l'autoroute Dufferin-Montmorency. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer