Émanations de benzène: la source de la fuite toujours recherchée

Les résidents du 52, rue Franklin à Québec... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Les résidents du 52, rue Franklin à Québec avaient contacté les autorités après avoir senti une odeur de solvant dans leur appartement.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Ville de Québec cherche toujours l'origine de l'émanation de benzène qui affecte depuis dimanche des citoyens de la rue Franklin, dans le quartier Saint-Sauveur. Un ordre d'évacuation touche toujours les résidents de 13 logements, tandis que ceux de 38 appartements voisins ne peuvent consommer l'eau du robinet.

«Nous ne sommes plus en situation d'urgence, mais il reste des analyses à faire», explique France Voiselle, porte-parole du Service des incendies de Québec. Les résidents d'un immeuble de la rue Franklin avaient contacté les autorités après avoir senti une odeur de solvant dans leur appartement. Mardi matin, les lectures prises n'indiquaient plus la présence de l'hydrocarbure utilisé, notamment, dans certains composés, dont le caoutchouc et le plastique, et utilisé comme solvant et additif à l'essence.

Une bonne nouvelle, en partie seulement. «Les gens ne peuvent pas réintégrer leur logement tant que nous n'aurons pas identifié la source de l'émanation», précise Mme Voiselle. 

Fausse piste

Lundi, les pompiers pensaient bien l'avoir trouvée. «Nous avons creusé la chaussée pour vérifier l'état d'une ancienne conduite de benzène aujourd'hui colmatée qui passe sous la rue Franklin. À l'époque, elle alimentait le réseau de réverbères du quartier», raconte la porte-parole. La vérification n'a pas été concluante.

Mardi matin, les pompiers ont évalué une seconde source potentielle d'émanation que Mme Voiselle a refusé de dévoiler, mais qui n'a finalement pas été retenue. Les travaux majeurs de voirie effectués sur le boulevard Langelier ne semblent pas être une source d'émanation potentielle à l'étude.

Chose certaine, la Ville de Québec ne prend aucun risque. Elle a fait parvenir lundi aux résidents de 38 logements et un commerce un avis de non-consommation d'eau à titre préventif. On y souligne que faire bouillir l'eau n'élimine pas la présence de benzène. Des caisses d'eau embouteillée ont été distribuées aux résidents visés pour permettre la préparation des aliments, les breuvages et pour l'hygiène personnelle. 

L'exposition au benzène peut provoquer des maux de tête, des étourdissements, de la somnolence, des maux de coeur, une irritation des yeux et du nez et des palpitations cardiaques. Personne n'a été incommodé.

Mercredi, d'autres opérations d'excavation sont prévues sur la rue Franklin pour essayer de percer le mystère qui entoure l'origine des émanations.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer